Wednesday, November 20, 2013

Gaza: an exhibit; a concert and bombings : Gaza: une expo, de la musique et des bombes, 19.11.2013

(c) Anne Paq/, Gaza, 19.11.2013

Yesterday I proudly presented our activestills exhibit "Not a dreamland", about artists and subcultures in the Gaza Strip, at the new French  Institute of Gaza. This work wants to present another side of Gaza, and pays tribute to Gaza diversity and creativity. I was very honoured that the exhibit was associated with a music concert by Gaza Band Watar Band, also featured in the exhibit. See their last video clip here.

There was a great crowd. It was absolutely incredible to see that, knowing that one year ago I was here documenting the attrocities caused by the Israeli military assault "Pillar of Defense". The new French Institute building has a great exhibition place and concert hall; that will provide a safe  and professional place for artists to exhibit and for the bands to perform. There are hardly any concert in Gaza, where it is difficult to get the necessary permits, especially for the hip hop bands.So when there is indeed a concert, the atmosphere and energy is incredible. Many Palestinians stayed after the concert, and there was an improvised concert in the café.

But Gaza and Gaza, just a few hours after the concert, there were several bombings in the South and the North; and as I went to sleep I could hear drones hovering around our heads. The threat- always- is there.

See the multimedia on artists and alternative scenes in Gaza, edited by Keren Manor/ Activestills here
English version


Hier, j'ai pu présenté avec fierté notre exposition d'ActiveStills " Not a dreamland », sur les artistes et cultures alternatives dans la bande de Gaza,au nouvel Institut français de Gaza. Ce travail veut présenter une autre facette de Gaza, et rendre hommage à la diversité et la créativité qui émane de ce petit bout de Palestine qui est devenue la plus grande prison à ciel ouvert du monde. J'ai été très honorée que l'exposition soit associée à un concert de musique du groupe de Gaza Band Watar Band, également en vedette dans l'exposition. Voir leur dernier clip vidéo ici

Une grande foule enthousiaste a assisté à l’évènement, car chaque concert est un événement ici . C'était absolument incroyable de voir cela que  sachant qu'il y tout juste a un an j'étais ici à documenter les atrocités causées par l'attaque militaire
israélienne " Pillar of defense ". Le nouveau bâtiment de l'Institut français a un grand lieu d'exposition et une salle de concert , qui fournira un endroit sûr et professionnel pour les artistes et groupes de musique . Il n'y a pratiquement pas de concert à Gaza, où il est difficile d'obtenir les permis nécessaires, en particulier pour les groupes de rap. Alors quand il y a un concert, l'atmosphère et l'énergie sont incroyables. Beaucoup de Palestiniens sont restés après le concert, et il y eu un concert improvisé dans le café.Mais Gaza reste Gaza, et quelques heures après le concert,  il y a eu plusieurs attaques israéliennes au Sud et au Nord , et lorsque je suis allée dormir, je pouvais entendre les drones planant autour de nos têtes. La menace, toujours, existe.

Voici  les multimédia sur les artistes et les scènes alternatives à Gaza, édité par Keren Manor / Activestills:

Version française

Saturday, November 16, 2013

One year ago, Rushdie Tamimi was murdered in Nabi Saleh / Il y a un an, Rushdie Tamimi était tué à Nabi Saleh; 15.11.2013

(c) Anne Paq/, Nabi Saleh; 15.11.2013

One year ago I was in the Gaza Strip during the Israeli military assault "Operation of defense". I was then very busy by documenting and reporting day and night the attacks, and I was not paying too much attention to what was happening in the West Bank, until a friend called me crying saying that Rushdie Tamimi, 31 year-old,  the brother of Nariman Tamimi, a prominent activist in the demonstrations of Nabi Saleh,  was killed by an Israeli soldier during the protests the village held in solidarity of the Gaza Strip. Another civilian was also killed in Hebron.

Yesterday; the weekly demonstration in Nabi Saleh was held to mark this sad anniversary. Rushdie was shot on 17 November 2012 with live ammunition. Those responsible for the killing of Rushdi have still not been brought to justice, as well as the ones reponsible for the death of another villager from Nabi saleh, Mustafa Tamimi, and the 103 civilians killed during the assault. 

Israel continues its killings with impunity


Remembering the 2012 Israeli military assault of Gaza: see activestills photo story here

What happened to the victims after- Electronic intifada photo story "We tolerate tragedy"- Gaza aftermath

See video of the killing of Rusdie Tamimi here 


Il y a un an, j'étais dans la bande de Gaza pendant l' offensive militaire israélienne «Opération de défense». J'étais alors très occupée à documenter et envoyer des photos  jour et nuit des attaques, et je ne pouvais pas suivre de très près à ce qui se passait en Cisjordanie, jusqu'à ce qu'une amie m'a appelé en pleurs pour m'annoncer que  Rushdie Tamimi, agé de 31 ans, le frère de Nariman Tamimi, une activiste de premier plan dans les manifestations de Nabi Saleh  a été tué par un soldat israélien lors des manifestations du village en solidarité  avec la bande de Gaza. Un autre civil a également été tué à Hébron.

Hier, la manifestation hebdomadairede Nabi Saleh a marqué ce triste anniversaire . Rushdie a été abattu le 17 Novembre 2012 avec des balles réelles . Les responsables de l'assassinat de Rushdie n'ont toujours pas été traduits en justice , ainsi que ceux pour responsable de la mort d'un autre habitant du village de Nabi Saleh, Mustafa Tamimi, et des 103 civils tués lors de l'assaut militaire contre Gaza .

Israël poursuit ses meurtres en toute impunité.


Se souvenir de l'agression militaire israélienne à Gaza 2012 : voir le reportage photo de ActiveStills ici 

Qu'est-il arrivé aux victimes après? -mon reportage photo sur electronique intifada  «Nous tolérons la tragédie " - le jour d'après

Voir la vidéo de l'assassinat de Rusdie Tamimi ici

Wednesday, November 13, 2013

back to Al Walaja / De retour à Al Walaja, Palestine, 12.11.2013

Hisham (on the left the lands of his family, olive trees threatened of being uprooted)

what is it about?

 Olive trees marked for uprooting
Replanted Olive trees marked for a new uprooting

(c) Anne Paq/Activestills; Al Walaja, 12.11.2013

Back to Palestine. I have been away from some time. Being back is so easy, this is the place I know and I have been calling "home" for a long time. Still, now things are different. I am back for only a few weeks. It is an opportunity to connect to some people I love, and assess changes on the ground. Things, not surprisingly, do not get better. Between the announcement of thousands of new housing units in settlements, the advancement of the Prawer Plan which aims at dispossessing 40,000 Bedouins from their lands and homes; a tightening of the siege of Gaza, the situation on the ground leaves many hopeless. 

I will focus among other things on the continuation of the village of Al Walaja, around which the Separation Wall is being built. Once completed the village will be totally surrounded and cut from most of its lands. I went there yesterday to find out that a new road is being built in the valley. Some concrete foundations are being also built next to it, deep inside the ground. It looks like what the Israelis use to do before building sections of the Separation Wall, so it could be a "wall" protecting this new road.
But what is the road about? It is very unclear. Some people tell that this will be connected to the Har Gilo settlement, for civilian or military use. Others say this is an exit road for the monastery of Cremisan.

What is certain is that the road and concrete foundation destroys a beautiful landscape. Some olive trees, belonging to Abu Ali family, have already been uprooted, and 50 more have been marked for uprooting. The route of the road has been questioned by Palestinians as instead of going straight ahead towards the checkpoint on an existing dirt road, the road will turn left and back, and in the process will uproot these trees which belong to a Palestinian family. The wideness of the road has also been questioned.

What is more puzzling is that the concrete foundations and the new road seem to be located on the same land on which the Jerusalem Planning and Building Committee approve the establishment of the national park on 1,200 dunums of land located between the Barrier and the Green Line belonging to Al Walaja.
So on one land Israel is confiscating some lands using the "green" excuse of establishing a Park and then at the same time; establishes a wide road on it with what seems to be a protecting wall?

Alone, on the land, one Palestinian sits most of the time. His name is Hisham Abu Ali. I met him a couple of years ago, as he was bringing his sheep on the lands on the other side of the Wall. This year, he had to sell his flock; as it became more difficult to access open lands beyond the Wall to feed them. He stays now on the land of his family; desperate to keep them intact. He replanted around 10 olive trees which were already uprooted because of the building of the new road. Nobody really paid attention or visited him and the lands. He does not know how to stop this system which continue to crush the lands of his family. Neither do I.  Al Walaja is indeed a microcosm of Palestine.


De retour en Palestine, après quelques mois ailleurs. Être de retour est, d'une certaine manière; si facile, c'est l'endroit que je connais et que j'ai appelé " maison " pendant une longue période . Pourtant, maintenant les choses sont différentes. Je ne suis de retour que pour quelques semaines. C'est l'occasion de revoir des gens que j'aime, et d'évaluer les changements sur le terrain. La situation, et ce n'est vraiment pas une surprise, ne s'améliore pas . Entre l'annonce de milliers de nouveaux logements dans les colonies , l'avancement du plan d' Prawer qui vise à déposséder 40.000 Bédouins de leurs terres et  maisons , un resserrement du blocus de Gaza , la situation sur le terrain laisse beaucoup de Palestiniens et leurs supporters desespérés.

Je vais me concentrer entre autres sur la continuation de la documentation du village d'Al Walaja, autour duquel le Mur de séparation est en cours de construction . Une fois terminé le village sera totalement encerclé et coupé de la plupart de ses terres. J'y suis allée hier et découvert qu'une nouvelle route est  en train d'être construite dans la vallée par les Israéliens. Certaines fondations en béton, très profondes, sont également construites à côté de cette route. Cela ressemble fort à ce que les Israéliens font normalement avant la construction de sections du mur de Séparation. Il s'agit probablement , de d'un "mur"de protection de cette nouvelle route.
Mais à quoi va servir cette route? Cela n'est pas très clair.. Certaines personnes disent qu'elle sera reliée à la colonie de Har Gilo pour un usage civil ou militaire. D'autres disent que c'est une voie de sortie pour le monastère de Cremisan .

Ce qui est certain, c'est que la fondation de la chaussée en béton détruit un paysage magnifique pour toujours. Quelques oliviers, appartenant à la famille Al Ali, ont déjà été déracinés, et 50 autres oliviers ont été marqués pour être déracinés . Le tracé de la route est contesté par les Palestiniens car au lieu d'aller tout droit vers le checkpoint sur une route de terre existante , le tracé fait un détour et va détruire  ces arbres qui appartiennent à une famille palestinienne . La largeur importante de la route est également critiquée.

Ce qui est  aussi étonnant, c'est que les fondations en béton et la nouvelle route semblent être situées sur le même terrain sur lequel le comité de planification de Jérusalem a approuvé la création d'un parc national de 1.200 hectares de terres situées entre la barrière et la Ligne verte appartenant à Al Walaja.

Ainsi, Israël confisque des terres en utilisant l'excuse «verte» de l'établissement d'un parc et puis en même temps, détruit ces mêmes terres en établissant une route large avec ce qui semble être un mur de protection ?

Sur le terrain, un Palestinien reste seul la plupart du temps. Il s'appelle Hisham Abu Ali. Je l'ai rencontré il ya quelques années, alors qu'il  amenait ses moutons sur les terres de l'autre côté du Mur. Cette année, il a dû vendre son troupeau ; car il est devenu trop difficile d'accéder les terres au-delà du mur pour les nourrir. Il reste maintenant en journée sur ​​les terres de sa famille, désespéré de les garder intactes et de les protéger de l'inexorable avancée du béton de la nouvelle route . Il a replanté environ 10 oliviers qui ont déjà été déracinés en raison de la construction de la nouvelle route. Personne ne semble vraiment prêté attention à cette politique des faits accomplis et aucune organisation n'est allée voir sur place ce qui se passe. Il ne sait pas comment arrêter ce système qui continue à détruire et avaler les terres de sa famille. Moi non plus. Walaja est bien un microcosme de la Palestine.

Monday, November 04, 2013

Eviction of 200 migrants from Gesù building / Expulsion de 200 migrants du batiment Gésù, Brussels, 4.11.2013

Photos 4.11.2013

 Migrants being checked in a sports stadium / La situation des migrants est vérifiée dans une salle de sport

"In front of your eyes, 220 persons put into the street; and one more empty building"

Photos, 1.11.2013

Last photo: Hedviga Hankova and her daughter Perla in their room where they live with three others, inside GESU. Hedviga, 28 year-old, is from Slovakia and is unemployed. She came to Belgium 8 years ago and joined her companion in GESU six months ago because she could not afford housing after losing her social benefits. Hedviga has two children.

Dernière photo: Hedviga Hanková et sa fille Perla dans leur chambre où ils vivent avec trois autres personnes, à l'intérieur GESU. Hedviga 28 ans, est originaire de Slovaquie et est au chômage. Elle est arrivée en Belgique il ya 8 ans et a rejoint son compagnon dans GESU il ya six mois parce qu'elle ne pouvait pas se payer un logement après avoir perdu ses prestations sociales. Hedviga a deux enfants.


This morning, 200 migrants were evicted by the police from Gésu, an ancient convent that they were occupying  The eviction was carried out following an order from the mayor of Saint-Josse-ten-Noode.
The inhabitants are from different backgrounds but many families are Roms in difficult situation in which they cannot afford any other housing. 80 children were living in this building. Some inhabitants started to leave this week end before the eviction. Many of those who were evicted this morning were taken to a sports center, where their situation is being checked by the local authorities and social services. The Human rights organisation FIDH condemned the violence used during the eviction while many question the lack of concertation and housing solutions offered to the families.

Ce matin, 200 migrants ont été expulsés par la police du Gesù, un ancien couvent qu'ils occupaient pour certains depuis des années. 
L'expulsion a été effectuée à la suite d'une ordonnance du maire de Saint-Josse-ten-Noode. Les habitants sont issus de milieux différents, mais de nombreuses familles sont Roms en situation difficile. la plupart ne peuvent pas se permettre un autre logement. 80 enfants vivaient dans ce bâtiment. Certains habitants ont commencé  avant l'expulsion, à partir dès ce week-end. Beaucoup de ceux qui ont été expulsés ce matin ont été emmenés dans un centre sportif, où leur situation est en cours de vérification par les autorités locales et les services sociaux. L'organisation des droits humains FIDH condamne la violence utilisée lors de l'expulsion alors que beaucoup interrogent le manque de concertation et de solutions offertes aux familles.

Déclaration commune du Ciré, de Médecins du Monde, de la Ligue des Droits de l’Homme, de Bruxelles Laïque et d’Amnesty International
Ce lundi 4 novembre, à 6h, la commune de Saint-Josse a fini par mettre à exécution l’expulsion du squat du GESU annoncée depuis le jeudi 31 octobre. Les personnes les plus vulnérables qui restaient au GESU, notamment des familles avec enfants en bas âge et des personnes âgées, ont été évacuées de force par 200 policiers casqués, après que la trentaine de militants présents toute la nuit pour les soutenir se soit fait violemment repousser. Le reste des habitants, en particulier les sans-papiers, avait pris le soin de fuir dans les jours précédents pour échapper à une possible arrestation.
Pourquoi une telle urgence, tout à coup ?
Les conditions d’insécurité brandies par le Bourgmestre de Saint-Josse Emir Kirjustifiaient-elles de créer une telle insécurité pour les habitants de ce squat, pour certains présents depuis plus de quatre ans ? Justifiaient-elles un tel déferlement policier ? N’était-il pas possible de régler ces problèmes de délinquance et de criminalité, s’ils s’avéraient justifiés, par des moyens policiers adaptés et d’arrêter les personnes qui mettaient en danger les conditions de vie des autres sans expulser l’ensemble du GESU prématurément, avant que les solutions annoncées par le Bourgmestre et le Secrétaire d’État au logement soient réellement en place ?
Jusqu’alors, seul le logement en squat permettait une stabilité à de nombreuses familles. Des solutions de relogement et d’accompagnement social semblaient se dégager pour l’avenir, permettant d’entrevoir une évolution positive pour les habitants du GESU. Pourquoi casser cette dynamique alors qu’il n’y avait pas d’urgence avérée ?
Des familles se retrouvent actuellement massées dans le gymnase de la rue Verte à Saint-Josse dans des conditions incertaines et ce, pour être dispatchées vers des logements d’urgence. Les solutions de relogement annoncées par le Bourgmestre et le Secrétaire d’État au logement, aussi positives et importantes soient-elles, risquent de ne pas être totalement opérationnelles avant un long moment. Les solutions de relogement par FEDASIL, quant à elles, sont clairement des voies sans issues si elles n’ont pour seul objectif que de placer les personnes concernées en centre de retour et inciter, in fine, à la clandestinité.
La démonstration de force est une violence institutionnelle inutile. Elle provoque des dégâts humains difficilement réparables notamment sur les enfants et fragilise les bases de l’intégration. Comment faire confiance à des institutions qui ont ordonné quelques mois plus tôt que l’on vienne vous chercher à 6h du matin avec boucliers et matraques ? Nos associations regrettent ce qu’elles vivent comme un « passage à l’acte » unilatéral du Bourgmestre de Saint-Josse avec lequel elles avaient démarré un important chantier visant à l’intégration des familles étrangères en très grande précarité errant à Bruxelles depuis des années. Elles demandent que les conditions véritables d’une stabilisation à long terme soient recherchées en urgence, dans la transparence, en concertation avec toutes les parties prenantes et suivant les principes énoncés collectivement dans leur manifeste pour les familles en grande précarité.

Friday, November 01, 2013

Afghan asylum seekers march in silence for Aref / Les demandeurs d'asile afghans ont marché en silence pour Aref, Brussels, 1.11.2013

 (c) Anne Paq/, Brussels, 1.11.2013

On the day during which Christians pay respect to their dead, Afghan asylum seekers held a silent march, commemorating the death of Aref. Aref, a 22 year-old Afghan  was living in Belgium but was forced to go back to Afghanistan after his demand for asylum in Belgium was rejected four times despite his claim that his life was in danger. He was shot dead a couple of weeks ago near Kaboul. 

Hundreds of Afghan asylum seekers still live in an abandoned school they have been occupying since last week. They have been protesting for months, demanding asylum and protection from Belgium.


Lors de la la journée où les chrétiens rendent hommage à leurs morts, les demandeurs d'asile afghans ont organisé une marche silencieuse, commémorant la mort d'Aref. Aref, un jeune Afghan de 22 ans, vivait en Belgique, mais a été forcé de retourner en Afghanistan après que sa demande d'asile ait été rejetée quatre fois alors qu'il soutenait que sa vie était en danger. Il a été abattu il y a quelques semaines près de Kaboul.

Des centaines de demandeurs d'asile afghans vivent encore dans des conditions très précaires à l'intérieur d' une école abandonnée qu'ils occupent depuis la semaine dernière. Ils protestent depuis des mois pour demander l'asile et la protection de la Belgique.