Thursday, December 06, 2012

Gaza is not back to normal / A Gaza pas de retour a la normale, 05.12.2012


(c) Anne Paq/Activestills.org, Beit Hanoun, Mohammad Ahmad, in front of his home demolished during an Israeli airstrike, 01.12.2012



I am out of Gaza, finally, after one intensive month.

 I could not write back to you individually but thanks for your messages.  It was nice to receive them. It gave me strength.

I need now time to digest and recover. For me it was only one month with one particular week that was hard, a week during which more than 170 Palestinians were killed and more than 1,400 were injured. There was no safe place and the bombings, death and devastation were all around.

 I could go out any time, I chose to stay. Palestinians in Gaza do not have this luxury. They have been bombed, attacked, occupied and under siege for generations. A tight siege has been enforced for 6 years with the active complicity of the international community. It’s not about the rockets, a truce has been successfully enforced by hamas but has been repeatedly broken by Israel. Besides the only way to stop the Palestinian resistance is simply to give them their rights.

I know that already Gaza is fading away from the mainstream media and many people think things are back to “normal” but there is nothing normal about life in Gaza. Gaza is still occupied, is still locked up, and since the pseudo “ceasefire” several Palestinians were killed near the border and around 30 fishermen were kidnapped by the Israeli navy. And I am not even talking about the trauma following last week. Yesterday there was a storm and everybody started to freak out because of the thunder. There is nothing normal about Gaza.


Should we wait for the next round of acute violence to act?

--------------Francais----------------------------------------------------------------------------------------------


Je suis sortie de la bande de Gaza, enfin, apres un mois tres intense.

 Je ne pouvais pas répondre à tous les messages individuellement, mais merci. Ils m’ont donné de la force. Je dois maintenant prendre le temps de digérer et de récupérer. Pour moi, c'était seulement un mois avec une semaine particulière qui a été difficile, une semaine au cours de laquelle plus de 170 Palestiniens ont été tués et plus de 1.400 ont été blessés. Il n'y avait pas d'endroit sûr et les bombardements, la mort et la dévastation étaient tout autour.

Je pouvais cependant sortir  à n'importe quel moment, j'ai choisi de rester. Les Palestiniens de Gaza n'ont pas ce luxe. Ils sont bombardés, attaqués, occupés et en état de siège depuis des générations. Un siège strict a été imposé depuis 6 ans, avec la complicité active de la communauté internationale. Ils ne s’agit pas des rockets, une trêve a été appliquée avec succès par le Hamas, mais elle a été violée de façon répétée par Israël. Le seul moyen d'arrêter la résistance palestinienne est tout simplement de leur donner leurs droits.
 
Je sais que déjà la bande de Gaza disparait des médias généralistes, alors beaucoup de gens pense que les choses sont de retour à la «normale», mais la vie dans la bande de Gaza n’a rien de « normal ». Gaza est toujours occupée, est toujours enfermée, et depuis la pseudo "trêve" plusieurs Palestiniens ont été tués près de la frontière et près de 30 pêcheurs ont été enlevés par la marine israélienne. Et je ne parle même pas du traumatisme suite à la semaine dernière. Hier, il y avait une tempête et tout le monde a commencé à paniquer à cause de la foudre. Non la vie à Gaza n’ rien de « normal ».

Devons-nous attendre la prochaine agression pour agir?

No comments:

Post a Comment

Post a Comment