Saturday, March 15, 2014

Still here and last week in Marseille: a speech by an Israeli refuznik / Toujours ici et la semaine dernière à Marseille: le témoignage d'une activiste israélienne

Haidi Motola (right)  and Manal Tamimi from Nabi Saleh (left)

Anne Paq/Activestills photo exhibit on Palestinian women and popular resistance

Portraits of 'Women in Black' by Keren Manor and Shiraz Grinbaum / Activestills (see great photo reportage here)

(c) Anne Paq/, 8.3.2014

Last week I had the chance to be invited for Marseille for an event for International Women Day by Women in Black/Marseille. The two other great speakers were Manal Tamimi, a friend, from Nabi Saleh, a village who has been organizing weekly demonstrations since 2008 against the occupation and colonization; and Haidi Motola- an Israeli activist who refused to serve in the Israeli army. See a new wave of Israeli teens who just wrote a letter to explain that they will not serve due to “opposition to the militaryoccupation of Palestinian territories". 

I just wanted to share the text of Haidi- which I found powerful and honest- that she read at the conference. The text was not supposed to be published but she agreed to share it.

"8th March 2014, Femmes en Noir
by Haidi Motola

I was born in Haifa, and I grew up in the north of Israel, the Galilee, it was much later though that I learned that it was Palestine as well. Today the two are inseparable for me, tragically tied to each other. I come from Palestine/Israel.

I grew up in a small village. Our closest neighboring villages were all Arabs, Palestinians, but still our lives were separated, different schools and playgrounds. Only later in Tel Aviv I got to know people who grew up just next to me. And it was largely through my experience in the West Bank that I learned also about the situation of Palestinians inside the Israeli state.

I choose not to go to the compulsory army service when I was 18, but I can’t say that I really knew back
then what is this occupation. I only knew that I don’t want to be part of an army that is occupying another nation. It was later that I understood that it is also through my mere existence as an Israeli citizen that I take part in that occupation, that it is conducted in my name, and that it is only through active resistance that I can change that.

I didn’t have then the political awareness that I have today and I wasn’t mature enough to render my refusal into a political act. I do admire today the young people who refuse the army service and go to jail instead. They are brave not only in choosing to be marginalized by the society but in saying it out loud – we are against the occupation and the suppression, we refuse to see this as the only possibility, we refuse to become soldiers in this military state.

Since I didn’t get to know the reality in the occupied territories through the army service, as most of the Israelis, this reality stayed obscure for me for a long time. Ramallah, Al K­halil, Nablus, Jenin were just black holes in the map in my mind. I lived in Tel Aviv, 20 min from the closest checkpoint, but I never saw it until I consciously chose to do so. I do think that the situation has changed and that the occupation has become more visible and present even in the escapist life in Tel Aviv. But six years ago it was really striking for me to see how invisible it was. How I could live without seeing the oppression and violence happening just next to me. How there is a whole system that works to hide, to repress and to justify those human rights violations that are taking place every day.

It was only at the age of 25 that I decided that I have to know and see with my own eyes what is happening. I joined as a volunteer B’Tselem – a human rights organization working in the occupied territories. Then for the first time I saw the checkpoints, the apartheid roads, the separation wall from the other side, the house demolitions, the curfews, the midnight raids and arrests, the restrictions of movement, the lack of water and of infrastructures, the detentions and interrogations of minors. And what you once see, you can’t make unseen.

It was then that i realized for the first time that violence has so many different faces and that it’s only the extreme, the blood and explosions, that usually gets through the media into our conscious. But how does violence looks like in the daily life? The constant insecurity, restrictions, harassments and humiliations, how do they look like, who sees them?

We started a small video workshop in the village of Ni’ilin as part of B’Tselem’s Shooting Back project. It was a small group of teenagers. I gave them assignments about composition and light and they were shooting demonstrations, I was talking about framing and narration and they were shooting
demonstrations, I showed them the principles of editing and they were editing demonstrations. Finally I
joined to see it myself, the weekly Friday demonstration against the construction of the separation wall in their village – I came as a photographer and I stayed as a protestor.

The weekly demonstrations in Ni’ilin started in mid 2008, when the construction of the separation wall
started again after a pause caused by legal processes. The village of 5000 inhabitants is located completely in area C, meaning completely under Israeli and military authority. It is about 3 kilometers from the green line and close to one of the biggest settlements, Modi’in Ilit. The route of the separation wall was about to cut the villagers from a big part of their agricultural lands. It was clearly designed, not considering merely security reasons, but taking in account future plans of the settlements expansion. Today the barrier, a 7 meters tall concrete wall, cuts the village from about 30% of their lands.

In a close by village of Bil’in, a symbol of the popular protest, the demonstrations started already in 2005. After a long legal struggle that managed to change the route and move the wall, still 1,500 dunams of the village’s lands are left on the other side of the wall. The Friday demonstrations still take place each week in the village for the last 9 years.

Nabi Saleh is a small village of about 500 inhabitants that has put on a courageous fight against the
oppression. I came to know Nabi Saleh at 2009 when protests started in response to the takeover of the villages’ lands by settlers. Since we have the chance of having Manal Tamimi here, I’ll let her present her village and their struggle.

These are just few examples; there are more villages that arrange these weekly demonstrations and of
course there are other means of a non­violent struggle, of direct actions, civil disobedience and grassroots organizations that takes place on both sides of the wall.

The Anarchist Against the Wall is a group that was formed in 2003 as a response to the decision of constructing the separation barrier; the wall that was condemned as unlawful by the International court of justice. This wall, might be symbol of the occupation, but it’s just one of the many ways of oppression and control of the population in the Occupied Territories. Anarchist Against the Wall has been very active in it’s resistance to the occupation both inside Israel and in the West Bank in different ways, like in participating and supporting these demonstrations.

There are other Israeli and Israeli/Palestinian organizations working and fighting as well, to name a few:
“Machsom Watch”– a movement of israeli women who are observing and documenting the checkpoints
and military courts. “The Coalition of Women for Peace”­  that among others has investigated the economical involvement in the occupation in their “Who profits from the Occupation” research project. “The Boycott from Within” ­ a support for the Palestinian BDS call, which have been in the headlines in
Israel recently because of the ‘anti­boycott law’, and because of the movements growth and the pressure on the Israeli economy. And there are many others, maybe not enough, and for sure time is not enough to present them all now.

While organizing and participating in demonstrations in Israel is one thing, the case is very different in the occupied territories. The freedom of protest and assembly, a fundamental human right, is being denied from the Palestinians in the West Bank and the non­violent popular struggle is confronted and
suppressed by the Israeli army and the border police in many various ways.

Often the areas of the weekly protests are declared as closed military zones for the time of the demonstration, turning the protests ‘illegal’ and the participants liable for arrest and prosecution. In some cases orders has been issued that forbids demonstrations at all in certain villages. To disperse the ‘so called’ unlawful protests, the army uses extensive means of crowd control, even when the demonstrations are not violent, sometimes stopping them before even starting. During the years we have witnessed repeated deviancy from the ‘open fire’ regulations, causing severe injuries and deaths. Most commonly used mean is the teargas in its different shapes and shooting methods, non­lethal basically, but when a teargas canister is shot directly it becomes a very dangerous weapon. Rubber coated metal bullets is another non­lethal mean, but nevertheless has caused deaths when shot from close range and aimed at the upper part of the body, again against the regulations. Live ammunition should be fired only in a case of immediate threat on life, still it has been used during demonstrations, usually at the persons throwing stones, while the life threat is very questionable. The "skunk", non­lethal indeed, but a very nasty way to disperse the crowd, an extremely stinky chemical mixture developed by the Israeli police that is sprayed from a water cannon mounted on a truck. Sometimes sprayed inside the village, leaving it’s stink on the houses and people for a long time. So the whole village often suffers when the army enters to the populated area ­ from a restriction of movement from the teargas and skunk, and from damage to their property.

The misuse of crowd control weapons during demonstrations has caused many injuries and 19 deaths  14 from live ammunition, three from teargas canisters, and two from rubber coated metal bullets.
In addition to that the army often invades the villages and houses during the night arresting people. 

Many of the organizers have been tried for organizing demonstrations and inciting violence. Some foreign solidarity activists have been deported because of participating and many Palestinians have been ‘punished’ by confiscating their permissions to enter Israel or simply to enter to their own land on the other side of the wall. All this to suppress the popular struggle. 

“Stop or I’ll shoot!” screamed the soldier at me. The army had invaded the village of Nabi Saleh and I was running between the olive trees. “You can’t be serious” I thought to myself, but I stopped, too afraid to try and see how serious he was. I was arrested and accused of throwing stones at the soldiers, a very serious accusation, but much more if you are Palestinian. A different legal system applies on Palestinians and Israelis, including the settlers who live actually in the same geographical area. 

While Palestinians are judged under the military law in military court, which virtually prohibits demonstrations, Israelis and foreign nationals are tried in Israeli civil court, which recognizes the freedom of protest in accordance with democratic standards. Palestinians are often detained for many months without seeing a judge or a lawyer, (this includes minors) their rights are constantly violated, coercive methods are used during interrogations and the fines and charges they are facing are much higher than for the same actions in the civil court.

The civil justice system would not allow so easily a group of soldiers to invade a home in the dead of the night and arrest minors, for sure not to interrogate them without their parent’s presence, and without any legal advice provided. Still in the West Bank this happens much too often as the stories from Nabi Saleh and Ni’ilin for example tells us. The testimonies of these frightened boys are often then used as evidence to convict others ­ a method that won’t stand the exam of any democratic justice system.

I was detained for the maximum 24 hours, plus few more because it was Shabat. The judge, before releasing me asked “don’t you have anything better to do on a Friday?” I didn’t answer then, but I would like to answer now – no, I can’t imagine a better way to spend a Friday than to resist the destructive violent occupation and to embody the possibility of a different way of living and of a change."


La semaine dernière, j'ai eu la chance d'être invitée à Marseille pour la la Journée internationale de la femme par les "Femmes en Noir / Marseille". Les deux autres invitées étaient Manal Tamimi, une amie palestinienne de Nabi Saleh, un village qui organise des manifestations hebdomadaires depuis 2008 contre l'occupation et  la colonisation et qui continue de payer un prix très elevé pour sa résistance- deux habitants ont été tués (voir la campagne de Amnesty International ici), et Haidi Motola-une activiste israélienne qui a refusé de servir dans l'armée israélienne. Il vient d'y avoir une nouvelle vague de jeunes israéliens qui ont écrit une lettre pour expliquer qu'ils ne serviront pas à cause de leur «l'opposition à l'occupation militaire des territoirespalestiniens".  Voir l'article écrit surLe Point ici.

Je voulais juste partager le texte de Haidi-que j'ai trouvé inspirant et honnête- qu'elle a lu lors de la conférence. Le texte n'a pas été écrit pour publication, mais elle a accepté de le partager.

"8 Mars 2014, Femmes en Noir
par Haidi Motola

Je suis née à Haïfa,  j'ai grandi au nord d'Israël, en Galilée, c’était bien plus tard que j'ai appris que c'était la Palestine aussi. Aujourd'hui les deux sont inséparables pour moi, tragiquement liés l’un a l'autre. Je viens de Palestine / Israël.

J'ai grandi dans un petit village. Nos voisins les plus proches étaient tous des Arabes, Palestiniens, mais nos vies étaient séparées, on avait des écoles et terrains de jeux différents. 

Ce n’est que plus tard à Tel Aviv que j'ai
appris à connaître les gens qui vivaient  juste à côté de moi. Et c'est en grande partie grâce à mon expérience en Cisjordanie que j'ai appris a connaître la situation des Palestiniens à l'intérieur de l'état d'Israël.

A 18 ans, j'ai choisi de ne pas aller au service militaire obligatoire, mais je ne peux pas dire que je savais vraiment à l'époque ce que c’était cette occupation. Je savais seulement que je ne voulais pas faire partie d'une armée qui occupe une autre nation. C'est plus tard que j'ai compris que c'est aussi à travers mon existence en tant que citoyenne israélienne que je participe à cette occupation, qu’elle existe en mon nom, et que ce n'est que par
une résistance active que je peux changer cela.

Je n'avais pas alors la conscience politique que j'ai aujourd'hui et je n'étais pas assez mature pour faire de mon refus un acte politique. Aujourd'hui j'admire les jeunes qui refusent le service militaire et qui vont en prison. Ils sont courageux, pas seulement dans leur choix d'être en marge de la société, mais en exprimant à haute voix:
nous sommes contre l'occupation et la répression, nous refusons de voir cela comme la seule possibilité, nous refusons de devenir des soldats dans cet état militaire.

Comme je n'ai pas connu la vie  dans les territoires occupés par le service militaire, comme beaucoup d'Israéliens, cette réalité est restée obscure pour moi pour longtemps. Ramallah, Al­ Khalil, Naplouse, Jénine, tous étaient justes des trous noirs sur la carte dans mon esprit. J’habitais à Tel­Aviv, à 20 min du ‘checkpoint’ le plus
proche, mais je ne l’ai jamais vu jusqu'à ce que je choisisse consciemment de le faire.

 Je pense que la situation a changé et qu'aujourd’hui l'occupation est devenue plus visible et présente même dans la vie de fuite à Tel­ Aviv. Mais il y a six ans, c’était vraiment étonnant de voir comment c’était invisible. Comment je pouvais vivre
sans voir l'oppression et la violence qui étaient juste à côté de moi? Comment il y a tout un système qui fonctionne pour cacher, refouler et justifier ces violations des droits de l’homme et des femmes, qui ont lieu tous les jours?

Ce n'est qu'à l'âge de 25 ans que j'ai décidé que je dois savoir et voir par mes propres yeux ce qui se passe. J'ai rejoint en tant que bénévole B'Tselem ­ une organisation des droits de l'homme qui travaillant dans les territoires occupés. A ce moment, pour la première fois, j'ai vu les ‘checkpoints’, les routes de l'apartheid, l'autre côté du Mur, les démolitions de maisons, les couvre-­feux, les raids nocturnes et les arrestations, les restrictions de
mouvement, le manque d'eau et des infrastructures, les détentions et interrogations de mineurs. Et ce que j’ai vu, je ne pouvais plus l'effacer de mon esprit.C'est alors que j'ai réalisé pour la première fois que la violence a tant de visages différents et que c'est seulement l'extrême, le sang et les explosions, qui habituellement atteint notre conscience par les médias. Mais a quoi ressemble la violence dans la vie quotidienne? L’insécurité constants, les restrictions, les harcèlements et les humiliations, à quoi ressemblent-­ils, qui les voit?

 Nous avons commencé un atelier de vidéo dans le village de Ni’ilin dans le cadre du projet  “Shooting Back” de B’Tselem. Il s'agissait d’un petit groupe d'adolescents. Je leur donnais des devoirs sur la composition et la lumière et ils filmaient des manifestations, je parlais d’encadrement et de narration et ils filmaient des manifestations, je leur montrais les principes de montage et ils montaient des images de manifestations. Enfin,
je me suis joint à eux pour voir par moi­-même, les manifestations de chaque vendredi contre la construction du Mur de séparation ­ je suis venue en tant que photographe et je suis restée en tant qu'activiste.

Les manifestations hebdomadaires à Ni’ilin ont commencé en Mai 2008, lorsque la construction du Mur de séparation a recommencé après une pause causée par des processus juridiques. Le village d’environ 5000 habitants est situé complètement en territoire C, ce qui signifie complètement sous l'autorité militaire israélienne. Il est situé à proximité de l’une des plus grands colonies,  Modi’in Illit. Le trajet du Mur devait couper les villageois d’une grande partie de leurs terres agricoles. Il a été clairement conçu, pas seulement pour des raisons de sécurité, mais pour prendre en  compte les plans futurs de l'expansion de colonie. Aujourd'hui la barrière, un mur de béton  haut de 7 mètres , coupe le village d'environ 30% de leurs terres.

A Bil'in, un village proche et un symbole de la protestation populaire, les manifestations ont déjà commencé en 2005. Après une longue lutte juridique qui a réussi à changer le trajet et  déplacer le Mur, encore 370 hectare des terres du village sont restées de l'autre côté du Mur. Les manifestations ont toujours lieu chaque vendredi dans le village depuis 9 ans.

Nabi Saleh est un petit village d'environ 500 habitants qui lutte courageusement contre l'oppression. J'ai connu Nabi Saleh en 2009, lorsque les manifestations ont commencé en réponse à la prise des terrains du village par les colons. Comme nous avons la chance d'avoir Manal Tamimi avec nous ici, je vais la laisser présenter son village et leur lutte.

Ce ne sont que quelques exemples, il y a encore d'autres villages qui organisent des manifestations chaque semaine et il y a bien sûr d'autres moyens de lutte non­-violente, d'actions directes, de désobéissance civile et des organisations populaires qui se trouvent des deux côtés du mur.
Les Anarchist Against the Wall (Anarchistes contre le Mur) est un groupe qui a été formé en 2003 en réponse à la décision de  construction de la barrière de séparation, le mur qui a été condamné comme illégal par la Cour Internationale de Justice. Ce Mur, est peut ­être devenu le symbole de l'occupation, mais c'est juste un des nombreux moyens d'oppression et de contrôle de la population dans les territoires occupés.  Les Anarchists Against the Wall sont très actif dans leur résistances à l'occupation à l'intérieur d'Israël et en Cisjordanie de différentes manières.  Par exemple en participant et soutenant ces manifestations en Cisjordanie.

Il y a aussi d'autres organisations israéliennes et palestiniennes qui travaillent et luttent. Juste pour nommer quelques-­unes: Machsom Watch ­ un mouvement de femmes israéliennes qui observent et documentent les checkpoints et les tribunaux militaires. The Coalition of Women for Peace (La coalition des femmes pour la paix) qui entre autres étudie l'engagement à l'occupation  dans leur projet de recherche  “Qui profite de
l'occupation". The Boycott from Within (Le Boycott de l'intérieur) ­ un soutien à l'appel BDS palestinien, qui a fait de gros titres en Israël récemment à cause de la “loi anti­ boycott”, et à cause de l'accroissement du mouvement de pression sur l'économie israélienne. Il y en a beaucoup d'autres. Le temps maintenant n'est pas suffisant pour les présenter toutes.

Tandis qu'organiser et participer aux manifestations en Israël est une chose, le cas est très différent dans les territoires occupés. La liberté de manifestation et de réunion, un droit humain fondamental, est interdit aux Palestiniens en Cisjordanie et la lutte populaire non­-violente est réprimée par l'armée israélienne et la police des frontières par des façons nombreuses et différentes. Souvent, les lieux des manifestations sont déclarés comme zone militaire fermée juste pour le temps de la manifestation,  rendant les manifestations “illégales” et les participants susceptibles d'arrestation et de poursuites.
Pour disperser les  manifestations “soi ­disant” illégales, l'armée utilise de nombreux moyens de contrôle des masses, même si les manifestations ne sont pas violentes, et parfois les arrêtant avant même de commencer.

Pendant des années, nous avons témoigné des violations répétées des lois et de la réglementation  notamment quant à l'utilisation des armes à feu, causant des blessures graves et de décès.  Le moyen le plus utilisé est le gaz lacrymogène dans ses différentes formes et méthodes de tire, non létale en général, mais quand une grenade
lacrymogène est tirée à bout portant, directement, elle devient une arme très dangereuse. De même les balles métalliques recouvertes de caoutchouc peuvent être mortelles lorsqu'elles sont tirées de près et visent la partie supérieure du corps, en violations des règlementations. Les armes à feu ne devraient être pouvoir être utilisées que dans les cas de menace immédiate sur la vie, pourtant elles sont utilisées dans les manifestations, d’habitude contre des personnes qui jettent des pierres, lorsque la menace sur la vie est très improbable. L'armée utilise aussi Le “skunk” (mouffette), certainement non létal, mais il s'agit d'une façon très désagréable pour disperser le groupe: un mélange chimique extrêmement puissant, développé par la police israélienne, qu’on pulvérise par un canon d’eau monté sur un camion. Parfois, il est pulvérisé à l'intérieur du village, laissant sa puanteur sur les maisons et les gens pour longtemps.  Donc, tout le village souffre 
quand l'armée entre dans les endroits habités.

L'utilisation abusive des armes de contrôle des masse lors des manifestations a causé de nombreuses blessures et 19 décès- ­ 14 par balles, trois par grenades lacrymogènes, et deux de balles en caoutchouc à cœur métallique. En plus de ça l'armée envahit souvent les villages et les maisons pendant la nuit en arrêtant des gens. Beaucoup
des organisateurs ont été jugés pour avoir organisé des manifestations et pour incitation à la violence. De nombreux participants ont été “punis” en confisquant leurs autorisations pour entrer en Israël ou pour passer dans leur terrain de l'autre côté du Mur. Tout cela pour empêcher la lutte populaire.

«Arrête ou je tire!" a crié le soldat après moi. L'armée avait envahi le village de Nabi Saleh et je courrais entre les oliviers. "Tu ne peux pas être sérieux" -j'ai pensé, mais je me suis arrêtée, ayant trop peur de voir à quel point il était sérieux. J'ai été arrêtée et accusée d’avoir lancer des pierres sur les soldats, une accusation très grave, mais bien
plus si tu es palestinienne. Un système juridique différent est appliqué aux Palestiniens et aux Israéliens, y compris pour les colons qui habitent en effet dans la même région géographique. Alors que les Palestiniens sont jugés en vertu de la loi militaire devant un tribunal militaire, qui interdit de fait les manifestations, les Israéliens et les étrangers sont jugés par un tribunal civil israélien, qui reconnaît la liberté de manifestation conformément aux normes démocratiques. Les Palestiniens sont souvent détenus pendant plusieurs mois sans pouvoir voir un juge ou un avocat, leurs droits sont constamment violés, des méthodes coercitives sont utilisées pendant les interrogatoires et les amendes et les charges qu'ils risquent sont beaucoup plus grandes qu'on risque pour les
mêmes actes devant tribunal civil.

Le système judiciaire civil ne permettrait pas si facilement à un groupe de soldats d'envahir une maison au milieu de la nuit et d'arrêter des mineurs, sûrement pas de les interroger sans la présence de leurs parents, et sans aucun avis juridique prévu.  Mais en Cisjordanie c'est ce qui arrive beaucoup trop souvent comme par exemple les nombreux cas qui nous ont été rapportés à Nabi Saleh où Ni’lin. Les témoignages de ces garçons effrayés sont souvent alors utilisés comme preuves pour incriminer d' autres Palestiniens; ­ une méthode qui ne serait acceptable dans aucun système de justice démocratique.

Moi, j'ai été détenue pendant les 24 heures maximales prévues, en plus de quelques heures supplémentaires parce que c'était le Shabat. Le juge, avant de me libérer m’a demandé "vous n'avez rien de mieux à faire vendredi?" Je n'ai pas répondu à ce
moment ­là, mais je voudrais répondre maintenant: " ­Non, je ne peux pas imaginer une meilleure façon de passer un vendredi que de résister à l'occupation violente et destructive et d'incarner la possibilité de changement vers une différente façon d’exister."

No comments:

Post a Comment