Tuesday, July 05, 2011

Bil'in - I love you.

photo 1: a bruise on my arm after having been hit by a tear gas canister during the weekly demonstration on 24.06.2011 / un hématome sur mon bras après avoir été touchée par une grenade lacrymogène lors de la manifestation du 24.06.2011.

photo 2: Mohammad Katib, one of the leaders of the popular resistance movement, carried by Palestinians as they celebrate the dismantlement of sections of the Wall in front of the Israeli settlement of Modi'in Illit / Mohammad Katib, un des leaders de la résistance populaire, porte par les Palestiniens de Bil'in alors qu' ils célèbrent le démantèlement de sections du Mur en face de la colonie israélienne de Modi'in Illit

photo 3: Funerals of Bassem Abu Rahma killed on April 17th, 2009 during a demonstration / Funérailles de Bassem Abu Rahma tué le 17 avril 2009, lors d'une manifestation.

photo 4: Palestinians celebrate the Court Supreme decision to change the route of the Wall in Bil'in / Les Palestiniens de Bil'in célèbrent la décision de la Cour suprême de modifier le tracé du Mur à Bil'in, 07.09.2007.

photo 5: My first demonstration in Bil'in / Ma premiere manifestation à Bi'lin, 08.07.2005

Bil'in I love you

It took me a few days but I wanted to write something more personal about what happened last week in Bil'in. For me, Bil'in is not just any village but one that had a big impact on my stay here and on my work. It was here that I started to go to demonstrations and learned about the popular resistance. It was also in Bil’in my photo collective group activestills originated and began to develop. What happened last week is just the newest chapter of something that started more than 6 years ago when the village began to demonstrate against the building of the Wall on its lands.

I remember the weekly demonstration in Bil’in in 2007 on the first Friday after the decision of the Israeli Supreme Court which ordered the state to change the route of the Wall “within a reasonable period of time”. As the result of this decision, the villagers of Bil'in were supposed to regain some 275 out of the 600 acres that were annexed by the Wall and the nearby settlement of Modiin Illit.
I remembered the joy. People – hand in hand – Israelis, Palestinians and internationals, activists singing and dancing together. In front of the Wall (here, made up ofa system of electrified fences) that had not yet been taken down. But the Palestinians were not fooled by the court’s ruling and expressed their determination to continue the resistance until they gained back all of their lands. They would not back down untilthey saw it with their own eyes....and indeed it took four more years, hundreds of more demonstrations, two further court petitions, hundreds of injured and two dead, for the Israeli state to finally implement the ruling.

So when I heard that the Israeli army would finally take down the Wall,I knew I would not miss the party, which took in fact place in several acts.
On 24 June, word got out that the Israeli army had started to dismantle parts of the Wall in Bil'in.We also heard that they were nonetheless preventing the villagers and journalists from accessing the area and documenting what is considered a victory of the growing popular resistance. So a call was sent out inviting us to join the following Friday’s demonstration that would take down the Wall:

“The Bil'in Popular Committee has declared Friday the 24th to be the last day of the old path of the Barrier on village's lands, and the beginning of the struggle against the new path. A mass demonstration will march on the Barrier to dismantle it and access the lands sequestered behind it.”

I joined the protest but I was not too hopeful that the Israeli army would actually let us demolish the Wall. When we started the customary march through the village and to the main gate of the Wall, I was astonished to see that the Palestinians had brought a bulldozer along. Like so many times before, the people of Bil'in had managed once again to surprise me with their audacity. Everyone was anxious about how the Israeli army would react.

As the bulldozer drove straight to the Wall, the Israeli soldiers showered us with scores of tear gas canisters (later I found out that they also shot live ammunition at the bulldozer), some of them fired at the level of the heads and also with the “skunk” (a noxious chemicals-based liquid which carries an awful smell). It was so scary that I almost dropped to the groundfor cover went almost down to the ground looking for protection. Under attack, the bulldozer managed nervetheless to lift the main gate of the first barrier. But several tear gas canisters penetrated the glass walks of the bulldozer's cabin and the driver quickly had to back up until he got out of a dense cloud of tear gas.

More tear gas canisters were shot directly at the protestors. I was running away whenI was hit on my right arm. This was actually the first time I was hit during demonstrations, I had been lucky so far, unlikemost of the other photographers in our collective, who had been either shotor arrested at one point, not to mention the loss or damage of equipments. Every year, Israel is denounced by Reporters Without Borders for its bad records of attacking, harassing, and sometimes killingjournalists. The last photographer who was seriously injured is Mohammad Othman, a free-lance photographer from Gaza who suffered an injury to his chest and damage to his spinal cord in an Israeli attack against a non-violent demonstration held in the Gaza Strip for Nakba Day.

My injury was minor. I just ran to the ambulance to get some ice on it, the ambulance then drove quickly out of the “front line”, as some tear gas went inside the ambulance and was affected the driver who could hardly drive straight as his eyes were teary and he could not see. I got out of the ambulance went back to the action but the demonstration was almost over. The Wall was still standing.

How pathetic and absurd this scene of an army defending a Wall that it had started to dismantle a few days earlier was....I went back home with a big bruise and a question: when will we see the Wall fall, in Bil'in and everywhere else in Palestine?

A few days later, we received an email alert the Israeli army had already finished dismantling the section of the Wall in Bil'in. It was done very fast, again probably to prevent journalists from documenting it. A video by Haitham Khatib, the dedicated cameraman from Bil'in, was published showing Bil'in residents celebrating, driving and honking endlessly on the former “security road” that used to run between the different fences that made up the Wall. Another call was sent out, this time inviting us to come and join the residents on Friday in a celebration. I gladly answered the call, not knowing really what to expect: where we would go if the Wall was not as its usual place? Would the Israeli soldiers attack us nevertheless in the open fields or when we would reach other sections of the Wall? Are we going to try to reach other sections of Wall? I was curious. I was curious.

When we arrived, the people of Bil'in were already in the liberated fields. I walked towards them, through the lands that was cut in half by the ugly Wall until only days ago..now a large part of it finally lay open,with the scar of the “security road” still very visible. People were wandering around, so surprised that it had finally happened. I could also not believe my eyes. No Israeli soldiers were in sight yet.

A prayer was held on the lands that had been inaccessible to the villagers for over six years.. A sense of pride and victory was in the air, but also a profound understanding of the magnitude of the sacrifices made and the ones to come . The son and daughter of Bil'in, Bassem Abu Rahma and his sister Jawaher, both tragically killed during demonstrations, were in everybody's mind.

After the prayer, music blasted out of a truck which the dancing and singing crowd followed . The people of Bil'in certainly know how to party. Jubilantly, we made our way along a road that led up to the next section of the Wall and the settlement of Modiin Illit behind it. Just before the Wall, we joined a small group of villagers and other activists who were already building “Bil'in West”: new houses on the newly liberated lands. There was much more dancing and singing, and defiant and moving speeches, one of them by Ahmad, the brother Bassem and Jawaher. Israeli soldiers and settlers were watching from a distance, behind a Wall that has yet to fall, puzzled by a party that nothing could have spoiled that day. They could only watch as one Palestinian woman walked towards them in a calm but determined manner stride and put the Palestinian flag on the Wall, right under their noses...conveying the message that the people of Bil'in will continue their struggle until all their lands are liberated. The soldiers and settlers looked so small, the people from Bil'in were so glorious.

Perhaps this is only asmall victory, but in the seven years that I have been here, facts on the ground have only developed in one direction: more Walls, more settlements, more demolitions of Palestinian homes, more illegal annexation of Palestinian lands. Therefore, a small victory on the ground carries a huge promise. A promise that pressure works, that things can change, and that people power will not be defeated. This is just the beginning.

People of Bil'in, activists who continue the struggle week after week with all your hearts, with determination and creativity, and unshakable faith into the future and the justice of your cause, I love you.


Il m'a fallu quelques jours, mais je voulais écrire quelque chose de plus sur ce qui s'est passé la semaine dernière à Bil'in. Après tout, Bil'in n'est pas seulement un village comme les autres mais a eu un grand impact sur mon séjour ici et mon travail. C'est là que j'ai commencé à aller à des manifestations et que je me suis familiarisée avec la résistance populaire. Bil'in est aussi à l'origine de la création et du développement de mon collectif de photographes ActiveStills groupe. La semaine dernière est juste l'un des nouveaux chapitre de quelque chose qui a commencé il y a 6 ans quand le village a commencé à manifester contre la construction du Mur sur ses terres.

En 2007 j'ai participé à la manifestation hebdomadaire dans le village de Bil'in en Cisjordanie après la décision de la Cour suprême israélienne qui a ordonné à l'État israélien de changer le tracé du Mur «dans un délai raisonnable". Selon, la cour, l'Etat ne pouvait justifier le trace en raison de la sécurité. En conséquence de cette décision, les villageois de Bil'in étaient censés retrouver quelque 275 sur les 600 hectares de terres illégalement confisquées par le Mur et la colonie voisine de Modiin Illit.
Je me souviens de la joie lors de cette manifestation. Palestiniens, Israéliens, et internationaux, ensemble, main dans la main, chantant et dansant ensemble devant le regard ébahi des soldats israéliens. Mais le Mur était toujours là (ici sur la forme d'un système de clôtures électrifiées) alors la fête n'était pas complète. Les Palestiniens n'étaient pas dupes de cette décision et ont exprimé leur volonté de continuer les manifestations jusqu'à ce qu'ils reprennent toutes leurs terres. Ils ne renonceraient pas jusqu'à ce qu'ils voient de leurs yeux la démolition du Mur .... et en effet il a fallu quatre ans, des centaines de nouvelles manifestations, deux autres pétitions devant la Cour, des centaines de blessés et deux morts, pour que l'Etat israélien mettent enfin en œuvre la décision.

Alors quand j'ai entendu que l'armée israélienne avait finalement détruit la section du Mur en bas, je n'aurais manqué la fête pour rien au monde.
Le démantèlements du Mur s'est en fait déroulé en plusieurs actes. Le 24 Juin, nous avons appris que l'armée israélienne avait commencé à démanteler des parties du Mur à Bil'in. Néanmoins, les soldats ne laissaient pas les villageois ou les journalistes s'approcher pour documenter ce qui est perçu comme une victoire de la résistance populaire. Un appel a ensuite été envoyé pour joindre la manifestation du vendredi afin que les activistes eux-mêmes se chargent de détruire le Mur :

«Le Comité Populaire de Bil'in a déclaré vendredi le 24 Juin être le dernier jour de l'ancien tracé du Mur sur les terres du village, et le début de la lutte contre le nouveau tracé. Une manifestation de masse marchera vers le Mur afin de le démanteler et d'accéder aux terres séquestrées derrière lui. "

J'ai rejoint la protestation, mais je n'avais pas trop d'espoir que l'armée israélienne nous laisse approcher et démanteler le Mur. Généralement, l'armée tire tout de suite sur la foule, avant même que nous soyons proches du Mur.
Quand nous avons commencé à marcher, j'ai vu avec stupéfaction que les Palestiniens avaient apporté leur propre bulldozeur! Comme à de nombreuses reprises, la population de Bil'in a encore réussi à me surprendre par leur audace. Tout le monde était assez inquiet de la réaction de l'armée israélienne. Alors que le bulldozeur se dirigeait directement sur le Mur et a commencé à soulever la porte principale, les soldats israéliens nous ont arrosés avec des douzaines de grenades lacrymogènes (plus tard, j'ai découvert qu'ils ont aussi tiré à balles réelles sur le bulldozeur), dont certaines à hauteur des têtes. La scène est devenue alors chaotique et c'était si effrayant que je me suis presque mise au sol pour me protéger. Quelques grenades lacrymogènes sont rentrées à intérieur de la cabine du bulldozeur et le conducteur a rapidement fait machine arrière et s'est éjecté d'un nuage de gaz lacrymogène. D'autres grenades toujours arrivaient en rafales. Alors que je décidais de battre en retraite, j'ai été frappée sur mon bras droit par une des grenades lacrymogènes. C'est la première fois que j'ai été touchée lors des manifestations, j'avais eu beaucoup de chance jusqu' à présent. La plupart des autres photographes de mon collectif ont été soit blessés ou arrêtés à un moment ou un autre, et cela sans compter avec le matériel endommagé. Reporters sans frontière épingle chaque année Israel pour les mauvais traitements infligés aux journalistes. Le dernier blesse grave en date est Mohammad Othman, un photographe de Gaza, grièvement blessé par des éclats d'obus qui ont atteint sa moelle épinière alors qu'il couvrait une manifestation non-violente dans la bande de Gaza.

Ma blessure était très mineure. J'ai néanmoins couru à l'ambulance pour mettre de la glace sur l'hématome pour que cela ne gonfle pas trop. L'ambulance nous a ensuite conduit rapidement hors de la 'ligne de front', comme certains gaz lacrymogènes pénétraient à l'intérieur de l'ambulance et affectait le chauffeur qui commençait a ne plus rouler droit. Je suis retournée au devant de la manifestation, mon keffiyeh enroulé autour de mon bras pour maintenir la glace en place mais tout était presque terminé et le Mur était encore là. C'était assez pathétique et absurde de voir le spectacle d'une armée défendant becs et ongles un Mur qu'elle avait elle-même commencé à démanteler il y a quelques jours ... Je suis retournée à la maison avec un gros hématome et une question: quand verrons-nous enfin la chute du mur, à Bil'in puis en Palestine?

Quelques jours après, nous avons eu une alerte email ... l'armée israélienne avait déjà fini de démanteler la section à Bil'in. Tout avait été fait très rapidement,, probablement pour empêcher les journalistes de couvrir la « retraite » de l'armée israelienne. Une vidéo de Haitham Khatib, le caméraman de Bil'in, a été publiée montrant les habitants de Bil'in faisant la fête, et conduisant et klaxonnant sans cesse sur la "route de sécurité" qui étaient entre les clôtures du Mur, l'endroit même où les soldats étaient postés lors de la dernière manifestation. Un nouvel appel a été fait, ou plutôt une invitation à se joindre aux résidents de Bil'in le vendredi pour célébrer la tombée du Mur. J'ai bien évidemment répondu à l'appel, ne sachant pas vraiment à quoi s'attendre: où irions nous si le Mur n'était plus au lieu habituel? Les soldats israéliens allaitent-ils quand même nous attaquer? Allions-nous essayer d'atteindre le nouveau Mur? J'étais très curieuse.

Lorsque nous sommes arrivés, la population de Bil'in étaient déjà sur les terres lib
érées. Je me dirigeais vers ces champs qui etaient coupés en deux par le Mur .. .maintenant, ils sont finalement ouverts. Mais toujours avec la cicatrice de la «route de sécurité ». Les Palestiniens et leurs amis militants se promenaient dans ces lieux jusque la interdits, tellement surpris de la possibilité de marcher sans danger sur leurs terres . Je ne pouvais pas aussi en croire mes yeux et la scène semblait irréelle. Et toujours pas de soldats israéliens en vue. Une prière a été symboliquement tenues sur les terres libérées. Un sentiment de fierté et de victoire était dans l'air, mais aussi un sens profond des sacrifice consentis et de ceux à venir. Le fils et la fille de Bil'in, Bassem Abu Rahma et sa sœur Jawaher, tous les deux tragiquement tués pendant les manifestations, étaient présents dans l'esprit de chacun. Après la prière, la musique tonitruante et joyeuse a émané d'un camion que la foule a suivi avec jubilation en dansant et chantant. Les habitants de Bil'in savent aussi certainement faire la fête. Nous avons suivi une route jusqu'à la colonie de Modiin Illit, où nous avons rejoint un petit groupe qui travaillait déjà à la construction de «Bil'in Ouest »: de nouvelles maisons sur les terres nouvellement libérées.

Il y a eu encore des danses et des chants, et les discours émouvants dont l'un d'eux par le frère de Bassem et Jawaher. Les soldats et les colons israéliens regardaient de loin, intrigués par cette célébration que rien ce jour-là ne pouvait gâcher. Ils ont regardé ébahis une femme palestinienne qui a marché vers leur direction avec un calme mais une très ferme détermination afin d'accrocher le drapeau palestinien sur la nouvelle section du Mur , un geste porteur du message que la population de Bil'in ne va pas renoncer à leur la lutte jusqu'à ce que toutes leurs terres soient libérées. Les soldats et des colons ont eu l'air alors si petits tandis que les habitaient de Bil'in étaient glorieux.

Ce n'est peut-être qu'une petite victoire mais depuis que je suis ici, les faits sur le terrain ne semblent aller que dans une seule direction: plus de murs, plus de colonies, des démolitions de maison encore plus nombreuses, plus de terres perdues pour les Palestiniens. Alors, une petite victoire sur le terrain est une promesse énorme. Une promesse que la pression peut fonctionner, que les choses peuvent changer, et que la résistance populaire est porteuse d'espoir.

Ce n'est que le début. Habitants de Bil'in, vous qui, semaine après semaine résistez encore de tout votre cœur, avec détermination et créativité, et une foi inébranlable dans l'avenir et la justice de votre cause, je vous aime.

1 comment:

  1. Marie3:17 AM

    Quel beau symbole que cette exposition photo sur ce mur à taille humaine et aux teintes chaudes.
    Je me revois à Bil'In , à la manif du vendredi, lors des 7èmes rencontres internationales. Beau symbole, également, cela s'était déroulé sur 3 jours, à Bil'In, mais aussi à Hébron et à Silwan. Les souffrances de ces deux cités n'ont malheureusement fait que croître.
    Mais je voulais, ici, noter une chose qui me fait mal: pourquoi cette différence de traitement dans le souvenir du sacrifice de Bassem et de sa soeur Jawaher. Les affiches pour Bassem, bien peu vues pour Jawaer à Bil'In, et, rien que leurs prénoms dans le texte ci-dessus, l'un en gras, l'autre non. Cela me fait mal.