Sunday, October 16, 2011

The Palestinian prisoners continue their hunger strike / les prisoniers palestiniens continuent leur grève de la faim

(c) Anne Paq/, Al Khader, 14.10.2011

A Palestinian holds a photo of Palestinian prisoner in front of Israeli soldiers during a demonstration in support of the hunger strike of the Palestinian prisoners; which was held in front of an Israeli military gate close to road 60, in the West bank city of Al Khader, 14.10.2011.

Un Palestinien tient une photo d'un prisonnier palestinien en face de soldats israéliens lors d'une manifestation en soutien à la grève de la faim des prisonniers palestiniens, qui a eu lieu en face d'une porte de l'armée israélienne près de la route 60, dans la ville d'Al Khader , en Cisjordanie, 14/10/2011.

'Arab Spring forced us to accept Hamas's demands'

An open-ended hunger strike by Palestinians in Israeli prisons highlights the barbarous conditions to which they are subject, writes Saleh Al-Naami

In the dead of silence, the sound of Jamal Hassan's fall onto the floor of his cell in Shatta Prison in Israel was especially loud on Friday evening. When the guards opened the door to his cell, they found blood flowing from his head and he had lost consciousness. He was transferred to a nearby Israeli hospital. Hassan, 31, is one of hundreds of Palestinian detainees in Israeli jails who 18 days ago began an open-ended hunger strike to protest the brutal conditions they are subjected to. These conditions include a long series of procedures ordered by Binyamin Netanyahu's cabinet in an attempt to pressure Hamas to speed up the prisoner exchange deal and abandon preconditions for releasing the Israeli soldier Gilad Shalit.

Hassan, who is serving a life term in prison, succumbed to hunger, thirst and solitary confinement and passed out. The Israeli authorities are not releasing any information about his health condition, while Palestinian sources assert that the Israelis are concealing the fact that they transferred a large number of Palestinian prisoners to hospitals, out of concern that this news would trigger an angry reaction among the Palestinian public.

Punitive measures against prisoners include transferring all their leaders to solitary confinement, whereby the prisoner is held in a solitary cell measuring 1x1x0.5 metre, including a toilet, where he sleeps and eats. The Israelis also limited the types of food served to detainees, as well as preventing them from leaving their cells, increasing the number and frequency of roll calls, as well as naked body searches whereby prisoners are forced to remove all their clothing under the pretext of searching for sharp objects. Prisoners are also often subjected to brutal abuses by special squads whose job it is to injure and torment prisoners.

Sources told Al-Ahram Weekly that Israel has used a carrot and stick policy with the leaders of prisoners, by escalating harsh treatment while opening channels of communication with these leaders and asking them to pressure Hamas to be more flexible in its preconditions for the release of Shalit, in return for better treatment in prison.

The leaders of Palestinian prisoners asserted that Israeli political and security personnel are especially brutal with detainees because their leaders not only did not respond to the offer by prison authorities, but even asked Hamas not to compromise on any of the demands it is making. The demands include the release of all prisoners serving life terms, as well as women, children and the sick.

The actions of prison leaders escalated aggression against prisoners. Those on hunger strike only ate salt dissolved in water so that their stomachs do not rot, but soon prison authorities banned salt from prisons. Prisoners were also denied any change of clothes, so they remain in the same outfits to further pressure them psychologically.

In a challenging response, prisoners and their leaders took counter measures by refusing to wear the uniforms issued by Israeli prisons and not standing up when guards take a roll call, as well as not cooperating with the prison administration or interacting with it. Palestinian prisoners are calling their struggle against oppressive measures by Israeli forces, the "War of Empty Stomachs".

Prison leaders say that they will confront oppressive policies by withstanding hunger, thirst and solitary confinement. They said they had made up their minds and if the Israeli prison authorities do not stop these brutal measures, they will continue their strike until death.

Sources told the Weekly that prison leaders at first hesitated about announcing an open-ended hunger strike because it coincided with the Palestinian leadership's mission in September of seeking international recognition of the state of Palestine. They were concerned that their strike would negatively affect this effort. Sources close to the issue of prisoners said that the unprecedented oppressive measures by prison authorities against prison leaders, and a decision to expand solitary confinement, convinced prisoners to begin the fast.

Sources told the Weekly that the first one to go on a hunger strike was Ahmed Saadat, secretary-general of the Popular Front for the Liberation of Palestine (PFLP), and Jamal Abu Al-Heja, a leading figure in Hamas, who are both serving life sentences. They were moved to special cells nearly three years ago, and they have no contact with the outside world. The sources said that Saadat and Al-Heja sent a message on Thursday emphasising the need to continue the hunger strike until the Israeli occupation forces respond to all the demands of Palestinian prisoners, including ending solitary confinement altogether.

The source added that prison authorities isolate any prisoner who declares a hunger strike, and after that forms a committee to negotiate with him the terms of ending the strike. Israeli authorities were reportedly surprised to find that Palestinian prisoners in all their jails have the same demands. ADDAMEER, the Prisoners' Support and Human Rights Association, a group that defends prisoner rights, said that prison authorities are now gathering large numbers of prisoners and beating and terrorising them, in an effort to break their will.

Palestinian Minister of Detained and Freed Prisoners Eissa Qaraqa said that the "War of Empty Stomachs" is targeting the extremist right-wing Netanyahu government, as well as the Israeli Prison Authority. Qaraqa said that the battle would continue until all prisoner demands are met. "If the occupation force does not stop punitive measures, the struggle against occupation will not remain inside prison walls," he warned. "It will move to the Palestinian street."

Indeed, Palestinians have organised tens of protests in solidarity with their family members behind bars, and many Palestinians began a hunger strike also in support of prisoners. Meanwhile, representatives from all Palestinian factions erected tents outside the offices of the Red Cross to express their solidarity with prisoners.

Sherine Iraqi, a lawyer for the Palestinian Ministry for Prisoners, said that the detainees whom she met were handcuffed and wore ankle cuffs, and that prisoners at Shatta are searched while naked when they are transported from one place to another. Iraqi added that the health condition of several of those on hunger strike has become critical.

Hamas called on resistance factions to sharply escalate activities against the Israeli occupation in response to what it described as "crimes against prisoners". "Amidst silence by the world community, and Arab and Islamic weakness, we will defend our prisoners and resist occupation everywhere," declared Khalil Al-Hayya, a leading Hamas figure during a massive march sponsored by his group on Friday evening in Gaza in solidarity with the prisoners. "We will not rest until we liberate all prisoners from occupation jails."

Al-Hayya noted that comprehensive resistance in all its forms is the way to liberate the prisoners, protect the free, safeguard their dignity and defend the individual whom the Israeli occupation has violated in dignity, life and in possessions. "In response to the arrogance of the occupation in violating the rights of our prisoners, we will pursue it with our resistance and will prosecute its leaders as war criminals and they will pay for their actions sooner or later," he added.

The Hamas leader held Israel responsible for the lives of 7,000 prisoners who are on hunger strike in the "War of Empty Stomachs", calling on the Palestinian people to close ranks and unite behind the prisoners. Al-Hayya also called on the free people of the world and Arab citizens to take action on the issue of prisoners and to prioritise it, in order for Israel to know that the prisoners are not alone.

With empty stomachs, thousands of Palestinian prisoners are facing Israel's oppressive machine. They are counting on the Palestinian people in the West Bank, Gaza and in Diaspora not to abandon them to their fate. They also hope that the world's conscience will awaken and pay attention to their impossible suffering.

Caption: A Palestinian schoolboy walks past a mural depicting captured Israeli soldier Gilad Shalit in Jabalya in the northern Gaza Strip

C a p t i o n : A Palestinian schoolboy walks past a mural depicting captured Israeli soldier Gilad Shalit in Jabalya in the northern Gaza Strip

© Copyright Al-Ahram Weekly. All rights reserved


« La guerre des ventres vides »
dimanche 16 octobre 2011 - Salah al-Naami - Al Ahram

Les médias dominants font une impasse totale sur la grève de la faim suivie par un grand nombre de prisonniers palestiniens en Israël, se faisant ainsi les complices directs de la politique criminelle de l’Etat sioniste. Ici une manifestation de soutien aux prisonniers devant le siège de la Croix-Rouge à Ramallah

Au milieu d’un silence de mort, le bruit de la chute de Jamal Hassan sur le plancher de sa cellule de la prison de Shatta en Israël a été particulièrement fort ce vendredi soir. Lorsque les gardes ont ouvert la porte de sa cellule, ils l’ont trouvé saignant de la tête et il avait perdu conscience. Il a été transféré vers un hôpital israélien proche.

Hassan, âgé de 31 ans, est l’un parmi les centaines de détenus palestiniens dans les prisons israéliennes qui ont entamé il y a 18 jours une grève de la faim illimitée pour protester contre les brutales conditions d’incarcération auxquels ils sont soumis.

Ces conditions comprennent une longue série de procédures décidées par le cabinet de Benyamin Netanyahou pour tenter d’exercer une pression sur le mouvement Hamas afin d’accélérer l’opération d’échange de prisonniers et faire en sorte que [le Hamas] revienne sur ses conditions préalables à la libération du soldat israélien Gilad Shalit.

Hassan, qui purge une peine de prison à vie, a succombé à la faim, à la soif et à l’isolement et a fini par s’écrouler. Les autorités israéliennes ne communiquent aucune information sur son état de santé, tandis que des sources palestiniennes affirment que les Israéliens dissimulent le fait - de crainte que ces nouvelles ne déclenchent une réaction de colère parmi les Palestiniens - qu’ils ont transféré un grand nombre de prisonniers palestiniens vers les hôpitaux.

Les mesures punitives contre les prisonniers incluent le placement de tous leurs dirigeants en isolement, dans lequel le prisonnier est détenu dans une cellule qui fait 1m sur 1m05, y compris les toilettes, et où il dort et mange. Les Israéliens ont également limité les types de repas servis aux détenus, les empêchent de quitter leurs cellules, augmentent le nombre et la fréquence des appels, ainsi que des fouilles au corps où les prisonniers sont forcés d’enlever tous leurs vêtements sous le prétexte de rechercher des objets tranchants. Les prisonniers sont aussi souvent victimes d’abus violents par des escouades spéciales dont la tâche est de blesser et de tourmenter les prisonniers.

Des sources ont déclaré à Al-Ahram Weekly qu’Israël utilisait la politique de la carotte et du bâton avec les dirigeants des prisonniers, multipliant les mauvais traitements tout en ouvrant des canaux de communication avec ces dirigeants et en leur demandant de faire pression sur le Hamas pour que celui-ci soit plus souple dans les conditions qu’il pose à la libération de Shalit, le tout en échange d’un meilleur traitement en prison.

Les dirigeants des prisonniers palestiniens en Israël ont affirmé que le personnel politique et sécuritaire israélien est particulièrement brutal avec les détenus, parce que leurs dirigeants non seulement n’ont pas répondu à l’offre des autorités pénitentiaires, mais ont même demandé au Hamas de ne transiger sur aucune de ses exigences. Les exigences en question comprennent la libération de tous les prisonniers purgeant des peines à perpétuité, ainsi que des femmes, des enfants et des malades.

Les actions des responsables des prisons consistent à multiplier les agressions contre les prisonniers. Ceux qui sont en grève de la faim ne mangeaient que du sel dissous dans l’eau afin que leurs estomacs ne restent dans le meilleur état possible, mais les autorités pénitentiaires ont vite interdit le sel dans les prisons. Pour les presser psychologiquement, les prisonniers se voient interdire tout changement de vêtements, de sorte qu’ils restent dans les mêmes tenues.

En riposte, les prisonniers et leurs dirigeants ont pris des mesures comme refuser de porter les uniformes imposés dans les prisons israéliennes et de se lever lorsque les gardes font un appel nominal, et comme refuser de coopérer avec l’administration pénitentiaire ou interagir avec elle. Les prisonniers palestiniens appellent leur lutte contre ces mesures oppressives, « la guerre des ventres vides ».

Les dirigeants en prison disent qu’ils vont s’opposer aux politiques répressives en endurant la faim, la soif et l’isolement. Ils ont dit qu’ils avaient fait leur choix et que si les autorités carcérales israéliennes ne mettaient pas un terme à ses mesures brutales, ils continueront leur grève jusqu’à en mourir.

Des sources ont déclaré au Weekly que les dirigeants [palestiniens] dans les prisons ont au premier abord hésité à annoncer une grève de la faim illimitée, car elle allait coïncider avec le projet de l’autorité palestinienne [de Ramallah] de demander en septembre une reconnaissance internationale de l’État de Palestine. Ils craignaient que leur grève ait une incidence négative sur cette initiative. Des sources proches des prisonniers ont déclaré que les mesures oppressives sans précédent appliquées par les autorités pénitentiaires contre les dirigeants palestiniens emprisonnés et la décision de renforcer leur isolement, avaient convaincu les détenus de commencer le jeûne.

Des sources ont déclaré au Weekly que les premiers à avoir entamé une grève de la faim ont été Ahmed Saadat, le secrétaire général du Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP), et Jamal Abu Al-Heja, une figure de proue du Hamas, qui sont tous les deux condamnés à la perpétuité. Ils ont été placés en cellule spéciale il y a presque trois ans, et ils n’ont aucun contact avec le monde extérieur. Les mêmes sources ont indiqué que Saadat et Al-Heja avaient réussi à envoyer un message ce jeudi soulignant la nécessité de poursuivre la grève de la faim jusqu’à ce que les forces d’occupation israéliennes répondent à toutes les demandes de prisonniers palestiniens, y compris de mettre fin à l’isolement complet.

Une source a ajouté que les autorités carcérales ont décidé d’isoler tout détenu qui se déclarait en grève de la faim, puis de former un groupe chargé de négocier avec lui les modalités pour qu’il mette fin à la grève. Les autorités israéliennes auraient été surprises de constater que tous les prisonniers palestiniens dans leurs prisons avaient les mêmes revendications. Addameer, l’association de soutien aux prisonniers et qui défend leurs droits, a déclaré que les autorités pénitentiaires ont déplacé un grand nombre de prisonniers, les font passer à tabac et les terrorisent, essayant ainsi de briser leur volonté.

Eissa Qaraqa, ministre palestinien des Prisonniers, a déclaré que « la guerre des ventres vides » vise les extrémistes de droite du gouvernement Netanyahu, ainsi que l’Administration pénitentiaire israélienne. Qaraqa a déclaré que la bataille continuerait jusqu’à ce que toutes les demandes prisonniers soient remplies. « Si les forces d’occupation n’arrêtent pas leurs mesures punitives, la lutte contre l’occupation ne va pas rester confinée à l’intérieur des murs de la prison », a-t-il averti. « Elle va se déployer dans la rue palestinienne. »

En effet, les Palestiniens ont organisé des dizaines de manifestations en solidarité avec les membres de leur famille derrière les barreaux, et de nombreux Palestiniens ont aussi commencé une grève de la faim pour soutenir les prisonniers. Pendant ce temps, des représentants de toutes les organisations palestiniennes ont érigé des tentes devant les bureaux de la Croix-Rouge pour exprimer leur solidarité avec les prisonniers.

Sherine Iraqi, avocate pour le ministère palestinien des Prisonniers, a déclaré que les détenus qu’elle avait rencontrés étaient menottés et portaient des bracelets aux chevilles, et que dans la prison de Shatta les prisonniers étaient fouillés entièrement nus lorsqu’ils étaient transportés d’un endroit à l’autre. Iraqi a ajouté que l’état de santé de plusieurs des grévistes de la faim était devenu critique.

Le Hamas a appelé les organisations de la résistance à renforcer leurs actions contre l’occupation israélienne en réponse à ce qu’il décrit comme « des crimes contre les prisonniers ». « Au milieu du silence de la communauté mondiale, et de la faiblesse arabe et islamique, nous défendrons nos prisonniers et résisterons partout à l’occupation », a déclaré Khalil Al Hayya, une figure de proue du Hamas lors d’une grande marche organisée par son organisation ce vendredi soir à Gaza en solidarité avec les prisonniers. « Nous n’aurons de cesse que nous n’ayons libéré tous les prisonniers des prisons de l’occupation. »

Al-Hayya a noté qu’une résistance totale dans toutes ses formes est le seul moyen de libérer les prisonniers, de préserver leur dignité et de défendre chaque individu que l’occupation israélienne a violé dans sa dignité, dans sa vie et dans ce qu’il possède. « En réponse à l’arrogance de l’occupation qui viole les droits de nos prisonniers, nous allons amplifier notre résistance et poursuivre ses dirigeants comme criminels de guerre. Ils paieront pour leurs actes tôt ou tard », a-t-il ajouté.

Les dirigeants du Hamas tiennent Israël pour responsable de la vie des 7000 prisonniers qui suivent la grève de la faim dans cette « guerre des ventres vides », appelant le peuple palestinien à resserrer les rangs et à s’unir derrière les prisonniers. Al-Hayya a également appelé les peuples libres du monde et les citoyens arabes à agir sur la question des prisonniers et de le faire en toute priorité, et à faire savoir ainsi à Israël que les prisonniers ne sont pas seuls.

Avec leurs ventres vides, des milliers de prisonniers palestiniens s’opposent à la machine oppressive israélienne. Ils comptent sur le peuple palestinien en Cisjordanie, à Gaza et dans la Diaspora pour ne pas être abandonnés à leur sort. Ils espèrent également que la conscience du monde se réveillera et prêtera attention à leur terrible souffrance.

13 octobre 2011 - Al Ahram Weekly - Vous pouvez consulter cet article à :
Traduction : Nazem

No comments:

Post a Comment