Sunday, October 16, 2011

The Olive harvest in Palestine : A national act of resistance / La récolte des olives en Palestine : un acte national de résistance, 16.10.2011

(c) Anne Paq/, Qusra and Qaryut, 15.10.2011

The Olive harvest : A national act of resistance 16.10.2011

The last three days, I joined a solidarity group of internationals who accompany, help and stand with the Palestinian farmers during the olive harvest.

This is always a critical time for Palestinians. As pointed out in an article on Electronic Intifada: “many of these farmers depend on the olive harvest for their income. In the West Bank alone, some 100,000 families are dependent on olive sales. Today, the olive harvest provides Palestinian farmers with anywhere between 25 to 50 percent of their annual income, and as the economic crisis deepens, the harvest provides for many their basic means of survival.”

The olive harvest is also supposed to be a great time where social and family bonds strengthen. Usually the whole the family goes out together to harvest, and it is not unusual to find three generations working on the same tree. But, unfortunately, almost no aspect of Palestinian life is immune from the occupation and colonization, and the olive harvest has become associated with fear. Usually the harvest corresponds to a pick of settlers attacks against Palestinians and activists working with them. The Israeli army also repeatedly harasses the farmers, often preventing them from reaching their lands, arguing that they need a special permit; or that the area is too dangerous because of the proximity of settlements. This year, many permits were only issued for three days. In most cases, three days are certainly not enough to harvest all the olives. It means that Palestinians have in some places to pick hastily the olives even if they are not ripe, which will have a negative consequence on the quality of the olive oil.

On Thursday and Saturday I went to harvest the olives in the area of Nablus, in villages which are under direct threat of settlers' attacks. Thursday was again a very sunny and beautiful day in Palestine. We went to join farmers in Burin and harvested in a field very close to the settlement of Yitzhar. The olive trees field was surrounded by burned fields following attacks by settlers about one month ago. Zidane, one of the owners, told us how he already lost many dunums and apple trees because of the settlement. He said that many other villagers were terrified to come because of the settlers but that he insisted on coming to his fields because “if we do not use the lands, the settlers will take it”. The day before, they were kicked out of the same field by the Israeli soldiers. But we were able to harvest all the olive trees, at least those which had not been burned. From Zidane was emerging a tremendous inner strength and wisdom. He was resolute not to lose other trees or one centimeter square of his lands. We had the most wonderful breakfast under an olive tree. Zidane first prepared the tea in a traditional tea pot, blackened by the fire. The breakfast was also very traditional with delicious humous, beans, tomatoes and cucumber, zeit and zatar (oil and thym), and some fried aubergines. This was one of these perfect moments which make you realize how beautiful Palestine could be, if only the occupation and colonization could disappear. One of these moments which help you also to overcome all the difficulties inherent in staying in Palestine because yes- we have hard times, even as internationals but we also have our beautiful moments like thos which help us to keep our sanity. In Burin; the farmers were also given only three days. However they intend to continue beyond this totally unjust deadline.

We then moved to another village; Qaryut, which is surrounded by settlements. The family we helped was harvesting right next to trees on a plot of land that settlers bought to also cultivate live trees. The day before, some settlers showed up on horses in an attempt to intimidate the families, but, undeterred, they returned. The day finished without problems. I loved hearing the grandmother talking to her grandchildren probably sharing precious advices and traditional stories. The children were excused from school to help out and seemed to enjoy the harvest, except for one girl who was crying, apparently fed up and tired but she went back to work after she was told that people were coming “all the way from France” to help!

The next day I went to Al Walaja, a village near Bethlehem, soon to be closed off by the Wall which will totally surround the village. In a continuous process of dispossession, Al Walaja, which lost most of its lands in 1948 and then again in 1967, will again lose most of its remaining agricultural and open space; and the vast majority of its olive trees. We had to cross the route of the Wall, which cuts the mountain and leaves an ugly scar in the landscape, to reach the lands of a farmer. As his lands are located on the other side of the route of the Wall, this is maybe the last time he would be harvesting his olives.

Finally yesterday I went again north, to the very sensitive around Nablus. We went first to the village of Qusra, which has been the target of recent settlers attacks. Following some clashes with the Israeli army after settlers' attacks, Essam Kamal Abed Aoudhi was killed on 23.09.2011. We helped a family who was harvesting just next to a field where settlers destroyed around 200 olive trees on 5 October. Most trees; cut in half, still lied around and it felt like being in a graveyard.

We then moved back to Qaryut to a location close to the settlement. Earlier, the Israeli soldier, “ordered” everyone to go down. As a result; many trees will not be harvest, due to the illegal presence of the Israeli settlers, and the unwillingness of the Israeli army to stop settlers' violence. Finally I went to another family who were working not far from another settlement. Until now they did not have any problem. They were joking and singing around the olive trees. All working together, old and young, men and women, following the same gestures that their ancestors. But picking olives in Palestine is not only a family matter, it has become a national act of resistance.


La récolte des olives : un acte national de résistance 16.10.2011

Les trois derniers jours, j'ai rejoint un groupe d'internationaux qui, en solidarité avec les fermiers palestiniens, les accompagnent et les aident lors de la récolte des olives. Le but est aussi de d'interposer et de mener un rôle de protection en cas d'attaques de colons.

La cueillette des olives est toujours un moment critique pour les Palestiniens. Beaucoup de ces agriculteurs dépendent de la récolte des olives pour leur revenu. Dans la seule Cisjordanie, quelque 100.000 familles dépendent des ventes d'olive. Aujourd'hui, la récolte des olives fournit aux fermiers palestiniens entre 25 et 50 pour cent de leur revenu annuel, et alors que la crise économique s'aggrave, la récolte apportent pour de nombreux Palestiniens leurs seuls moyens de survie.

La récolte est censée être un grand moment de joie et de partage, pendant lequel les liens sociaux et familiaux se renforcent. Habituellement toute la famille participe ensemble à la récolte, et il n'est pas rare de voir trois générations qui travaillent sur le même arbre. Mais, malheureusement, aucun aspect de la vie palestinienne n'est pas affectée par l'occupation et la colonisation, et la récolte des olives est désormais associée non à un moment de joie, mais à la peur. Habituellement, la récolte correspond en effet à une recrudescence des attaques des colons contre les Palestiniens et les activistes qui travaillent à leur côtés. L'armée israélienne harcèle aussi les fermiers, souvent les empêchant d'atteindre leurs terres, en prétextant qu'ils ont besoin d'un permis spécial, ou que la zone est trop dangereuse en raison de la proximité des colonies de peuplement. Cette année, de nombreux permis n'ont été émis que pour une durée de trois jours. Dans la plupart des cas, trois jours ne sont certainement pas suffisants pour récolter toutes les olives. Dans certains endroits ils ont dû ramasser ainsi les olives à la hâte, même si elles ne sont pas mûres, ce qui aura une conséquence négative sur la qualité de l'huile d'olive.

Le jeudi et le samedi je suis allée participer à la récolte des olives dans la région de Naplouse, dans des villages qui sont sous la menace directe des attaques des colons. Jeudi était à nouveau une journée très ensoleillée en Palestine. Nous sommes allés rejoindre les fermiers de Burin et avons récolté des olives dans un terrain très proche de la colonie de Yitzhar, réputée pour être une des colonies les plus violentes de Cisjordanie. Le champ était d'ailleurs entouré par de terres brûlées suite à des attaques des colons il y a environ un mois. Zidane, un des propriétaires du champ d'olivier, nous a raconté comment il avait déjà perdu beaucoup de terrains et des centaines de pommiers en raison des colonies. Il nous a aussi avoué que de nombreux autres villageois sont terrifiés à l'idée de venir sur leurs propres terres à cause des colons, mais que lui persiste à venir parce que «si nous n'utilisons plus les terres, les colons vont les prendre". La veille, Zidane, sa famille et les internationaux ont été repoussés par les soldats israéliens. Mais nous avons été en mesure de récolter tous les olives sur ce terrain sensible, du moins sur les arbres qui n'avaient pas été brûlés. De Zidane émergeaient une grande force intérieure et de la sagesse qu'on trouve chez de nombreux Palestiniens. Il était résolu à ne pas perdre d'autres arbres ou un centimètre carré de ses terres. Nous avons eu droit au plus merveilleux des petits déjeuners sous un olivier. Zidane a abord préparé le thé dans une théière traditionnelle, noircie par le feu. Le petit déjeuner était aussi très traditionnel avec le délicieux houmous, une purée de haricots (foul) , des tomates et des concombres, Zeit et zatar (huile et thym) et quelques aubergines fries. Ce fut l'un de ces moments parfaits qui vous font réaliser à quel point la Palestine pourrait être belle , si seulement l'occupation et la colonisation pouvaient disparaître. Un de ces moments qui vous aide également à surmonter toutes les difficultés inhérentes à rester en Palestine parce que oui, nous avons des moments difficiles, mêmes en tant qu'internationaux, mais nous avons aussi heureusement nos beaux moments qui nous aident à garder notre santé mentale. A Burin; les fermiers ont également reçu un permis pour trois jours seulement pour cueillir les olives. Cependant, ils ont l'intention de continuer au-delà de ce délai totalement injuste.

Nous sommes ensuite allés vers un autre village; Qaryut, qui est entouré de colonies. La famille que nous avons aidé à la récolte était juste à côté d' une parcelle de terre que les colons ont acheté pour aussi cultiver des oliviers. La veille, des colons se sont montrés sur des chevaux dans une tentative d'intimider les familles, mais celles ci ne se sont pas laissées démonter et sont revenues sur leurs terres. La journée s'est terminée sans problèmes. J'ai adoré entendre la grand-mère parler à ses petits-enfants tout en triant les olives à l'aide d'une grille de ventilateur transformé en tamis géant pour l'occasion, sans doute pour partager de précieux conseils et des histoires traditionnelles. Les enfants étaient excusés de l'école pour les aider et semblait prendre plaisir à la récolte, à l'exception d'une petite fille qui pleurait mais elle est retournée au travail après qu'on lui ait dit que les gens venaient « depuis la France » pour les aider!

Le jour suivant, je suis allée à Al Walaja, un village près de Bethléem, qui sera bientôt enfermé par le Mur qui va entouré complètement le village. Dans un processus continu de dépossession, Al Walaja, qui a perdu la plupart de ses terres en 1948 puis à nouveau en 1967, va à nouveau perdre la plupart de son espace agricole et ouvert qui lui reste, et l'immense majorité de ses oliviers. Nous avons dû traverser le tracé du mur, qui coupe la montagne et laisse une vilaine cicatrice, pour atteindre les terres d'un agriculteur. Comme ses terres sont de l'autre côté du mur, c'était peut-être la dernière fois qu'il était en mesure de récolter ses olives.

Enfin, hier je me suis rendue à nouveau au nord, dans la zone trè sensible autour de Naplouse. Nous sommes d'abord allés au village de Qusra, qui a été la cible d'attaques récentes de colons. Le 23/09/2011, après des affrontements avec l'armée israélienne après des attaques des colons, Essam Kamal Abed Aoudhi a été tué par balle réelle par un soldat israélien. Nous avons aidé une famille qui était juste à côté d'un champ d'oliviers saccagés par les colons détruit le 5 Octobre: environ 200 oliviers avaient été détruits. La plupart des arbres; coupés en deux, étaient toujours sur le terrain qui avait des airs de cimetière.

Nous sommes aussi retournés à Qaryut sur des terrains près d'une colonie. Plus tôt dans la matinée, des soldats israéliens avaient «ordonné» à toutes les familles d'arrêter leur récoltes et de descendre plus loin de la colonie. En conséquence, beaucoup d'arbres ne seront pas récoltés, tout cela en raison de la présence illégale des colons israéliens, et de la réticence de l'armée israélienne pour les arrêter dans leur spirale de violences.

Enfin je me suis rendue auprès d' une autre famille qui travaillaient non loin d'une autre colonie. Jusqu'à présent ils n'avaient pas eu de problème. Ils plaisantaient et chantaient tout en cueillant. Tous travaillaient ensemble, jeunes et vieux, hommes et femmes, en suivant les mêmes gestes que leurs ancêtres, les mêmes rituels autour des oliviers. Mais la cueillette des olives en Palestine n'est pas seulement une affaire de famille, c'est devenu un acte de résistance nationale.

No comments:

Post a Comment