Wednesday, March 30, 2011

Ongoing Nakba in the Jordan Valley. / Une Nakba à petit feu dans la vallée du Jourdain.

(c) Anne Paq/, Al Maleh, Jordan Valley, 26.03.2011

March 30, 2011: Ongoing Nakba in the Jordan Valley.

For Land day I want to talk about what happened last week in the Jordan Valley.
Last week I went in the Jordan Valley to continue my work with Activestills on forced displacement of populations. My little trip could have been almost idyllic, sleeping in a tent with a Palestinian family in a beautiful setting. Spring transforms the nature and the valley has turned green and is covered in places with flowers. Most residents of the Jordan Valley are Bedouins. They have a simple life but it has become difficult to sustain because of the restrictions on freedom of movement they face. For their livestock to have enough pasture, they used to move between several locations, but now it is almost impossible to find spots between the areas taken by the settlers, those declared "military training area" or "natural areas". It remains almost nothing left for the Palestinians and many Bedouins were forced to abandon their traditional lifestyle and go to cities.

But some resist and refuse to leave or work in the settlements. This is the case of the family Daraghma. Nabil is a Bedouin. He lives in a tent with his 4 children and his wife. They move around but for the last 15 years they have been regularly staying on a piece of lands that belongs to the Church. Last Tuesday I was in the valley with the Jordan Valley Solidarity group when we learned on Wednesday morning that during the night, a group of settlers put a tent a few meters away from the tent of Nabil. We went there and Nabil told us how he had been threatened in recent days by the Israeli army and police who ordered him to leave, of course without having shown any official paper. But Nabil refused, and “coincidentally” a large group of settlers came shortly after the middle of the night. The strategy is fairly simple: the settlers set up a tent, the Israeli army arrives and for reasons of "security" evacuates everyone. Ultimately of course the land is vacant and will soon be taken by the settlers.

I stayed all day with other volunteers with the family and also Wednesday night. The settlers were constantly making trips back and forth, armed of course with rifles and guns. The soldiers also came in late afternoon, saying again to Nabil that he had leave and that if he did not demolish his tent itself they would do it tomorrow.
The night was pretty rough. The settlers directed their spotlights at the Palestinian tent and made the most noise possible. At one point an armed settler tried also to encourage his dog to attack the dogs of the Palestinians. During the night settlers attacked the animals by throwing stones at them. We could hear them laughing and walking around the tent. They also urinated on the water tanks of the Palestinians. The next day I had to leave but Keren, another photographer from our photo group, replaced me. She stayed with the family and called me the next day to tell me that the tent had been demolished. The family refused to leave the tent and had been dragged out by soldiers as well as some Israeli and international activists who were with them. Everyone was pushed down to the road and the area was declared a closed military zone until the next day 7am. The family was therefore in the street without any of their things. With the help of volunteers they tried to rebuild a tent, but the Israeli police immediately came to tell them that it was forbidden. The settlers also left with their tent, but they had succeeded : a Palestinian family was evicted from a land they covet.

The Daraghma family spent the night in the tent that serves as a school. The next day I joined them for the grim task of recovering their belongings which were all buried under the destroyed tent and of moving elsewhere. The whole family climbed the hill and in silence collected their things and out them in a tractor. They also recovered the structure of the tent, but some parts were broken. Tomatoes and cucumbers, the small gas cooker, everything was still in place under the destroyed tent. The children were remarkably calm and helped as much as they can. Then we went a few miles away to Al-Maleh. I watched the mother behind its Palestinian children carrying bags as they walked from the road to reach to their new place. Looking at them, I could only think back to those images of Palestinians in 1948 when they were driven from their villages and took the road with their things. The Nakba, the catastrophe as the Palestinians call it, continues today but in a more insidious way, slowly but surely.

With the help of everyone, the tent was up in a few hours, still with some parts missing because some of the bars were broken. A plastic cover was given to replace the torn one.

Even with the tent up, Nabil did not seem so relieved, he obviously knew that the army might come back. And indeed in the afternoon the soldiers visited us. The army initially tried to play the intimidation trick: "you have 10 minutes to go and demolish the tent!" A soldier also told Nabil that they monitored him 24 jour a day and that they would destroy his tent wherever he decides to put it: he must go to Tubas, they said. Tubas is the nearest town, and Nabil has twenty cows: where is he supposed to put them? The army also tried to play the “nice” tome trick: they wanted to make Nabil believe of he goes now, then after two weeks they would forget about him and that he could come back.
But Nabil was not fooled and refused to leave. And when we asked the army to show the demolition order, the soldiers told us that they would bring it the next day. The soldiers are really acting like cowboys, brutal and arrogant. They think that if they just bark at the Palestinians, they will leave their lands, but the soldiers are unable to see how deep the roots of the Palestinians are. They will not be able to uproot them.

I spent another night under the tent with the family. All our mattresses were bonded as if that would protect us better, unless this was just one way to keep warm. The night was quiet, the stars were beautiful, and everything would have been perfect if it was not the fear of being awakened by the soldiers. I left the next day, asking myself if I'm going to see again this family walking with their bags to their next destination, leaving room for settlers and soldiers who can not even leave a family of 6, their 20 cows, their horse and donkey in peace. This is just one example but the multiplication of the similar cases indicates a clear policy: that of a forced population transfer from the zones "c" (areas of the Palestinian that are totally controlled according to Oslo agreements by the Israelis) to areas "a", areas which are “controlled” by Palestinian Authority.

I just learned that three Bedouin families have also received notice of evacuation. Tomorrow I will return to the valley.

for more info see also: Jordan valley solidarity website


30 Mars 2011: Une Nakba à petit feu dans la vallée du Jourdain.

A propos de Land Day, je veux parler de ce qui s'est passé dans la vallée du Jourdain.
La semaine dernière je me suis rendue dans la vallée du Jourdain pour continuer mon travail avec Activestills sur le déplacement forcé des populations. Mon petit séjour aurait pu être presque idyllique, à dormir dans une tente avec une famille palestinienne, dans un cadre magnifique. Le printemps pointe son nez et la vallée est très verte, et couverte par endroit de fleurs. La plupart des habitants de la vallée du Jourdain sont des bédouins. Ils ont une vie simple mais rendue de plus en plus difficile par les restrictions à la liberté de mouvement. Pour que leur bétail puisse avoir assez de pâturage, ils avaient l'habitude de bouger entre plusieurs endroits mais désormais c'est bien presque impossible entre les zones prises par les colons, celles déclarées «zone d'entrainement militaire » ou « zones naturelles », il ne reste plus grand chose aux Bedouins et beaucoup ont été obligés d'abandonner leur mode de vie traditionnel et des partir dans des villes.

Certains pourtant résistent et refusent de partir ou de travailler dans les colonies. C'est la cas de la famille Daraghme. Nabil est un Bedouin. Il vit dans une tente avec ses 4 enfants et sa femme une partie de l'année sur une terre qui appartient à l'Église et sur laquelle il réside régulièrement depuis 15 ans. Mardi dernier je me trouvais dans la vallée avec le groupe Jordan Valley Solidarity quand nous avons appris que pendant la nuit, des colons étaient venus installer une tente à quelques mètres seulement de celle de Nabil. Nous nous sommes rendus sur place. Nabil nous a raconté comment il avait déjà été menacé les jours précédents par l'armée et la police israéliennes qui lui ont ordonné de partir, et cela sans présenter aucun papier officiel. Mais Nabil a refusé, et comme par hasard les colons ont débarqué en masse un peu après au beau milieu de la nuit. La technique est assez simple: les colons installent une tente, l'armée israélienne arrive et pour des raisons de « sécurité » évacuent tout le monde. Au bout du compte bien sur la terre est laissée vacante et sera bientôt récupérée par les colons.

Je suis restée avec d'autres volontaires avec la famille toute la journée du mercredi et la nuit. Les colons ne cessaient de faire des aller et venues, armés bien évidemment. Les soldats sont aussi venus en fin d'après midi en disant encore à Nabil qu'il doit partir et que s'il ne démolissait pas sa tente lui-même ils allaient s'en charger le lendemain.
La nuit a été assez agitée. Les colons avaient braques les projecteurs sur la tente des Palestiniens et faisaient le plus de bruit possible. A un moment un colon aussi armé a essayé d'inciter son chien à attaquer les chiens des Palestiniens. Pendant la nuit ils ont attaqué les animaux en leur jetant des pierres. Nous pouvions entendre les colons rigoler et marcher tout près de la tente. Ils ont aussi uriné sur les réservoirs d'eau des Palestiniens. Le lendemain, j'ai dû partir mais Keren, une autre photographe du groupe, m'a remplacée. Elle est restée avec la famille et m'a appelé le lendemain pour me dire que la tente avait été démolie. La famille qui a refusé de laisser la tente se sont fait trainés dehors par les soldats ainsi que les quelques activistes israéliens et internationaux qui étaient avec eux. Tout le monde a été repoussé jusqu'à la route et la zone a été déclarée zone militaire fermée jusqu'au lendemain 7 heures. La famille était donc à la rue sans aucune de leurs affaires. Avec l'aide des volontaires ils ont essayé de reconstruire une tente mais la police israélienne est tout de suite venue pour leur dire que c'était interdit. Les colons étaient eux aussi partis avec leur tente mais ils ont bien obtenu gain de cause: l'expulsion forcée d'une famille palestinienne d'une terre qu'ils convoitent. La famille Daraghme a passé la nuit dans la tente qui sert d'école. Le lendemain je les rejoignais pour la triste tâche de récupérer leurs affaires sous la tente détruite et de partir ailleurs. Toute la famille a grimpé la colline et en silence ont récupéré leurs affaires et les ont amassées dans un tracteur. Ils ont aussi récupéré la structure de la tente mais certaines parties avaient été cassées. Les tomates et les concombres, la petite gaziniere, tout était encore en place sous la bâche. Les enfants étaient d'un calme remarquable et aidaient de leur mieux. Puis nous sommes partis à quelques kilomètres à Al Maleh. La mère Palestinienne devancée par ses enfants portant des sacs ont marché depuis la route pour rejoindre leur nouveau campement. Les regardant, je ne pouvais que repenser à ces images des Palestiniens en 1948 quand ils ont été chassés de leurs villages et ont pris les routes avec quelques affaires. La Nakba, la catastrophe comme les Palestiniens l'appelle, continue aujourd'hui mais d'une manière plus insidieuse, à petit feu.

En s'y mettant tous, la tente a été montée en quelques heures, une partie reste manquante car des barres ont été cassées. Une bâche a été donnée pour remplacer celle déchirée.

Nabil se semblait pas tranquille pour autant, il savait évidemment que l'armée risquait de revenir. Et en effet dans l'après midi elle nous a rendu visite. L'armée a d'abord essayé de jouer l'intimidation: « vous avez 10 minutes pour partir et démolir la tente! » Un soldat a aussi dit à Nabil qu'ils le surveillent 24h sur 24 et qu'ils détruiront sa tente peu importe où il décidera de la planter: il doit aller à Tubas. Tubas est la ville la plus proche, et Nabil a une vingtaine de vaches: où sont-elles censées restées? L'armée a aussi essayé d'amadouer Nabil en lui faisant croire qu'au bout de deux semaines il pourra revenir.
Mais Nabil n'a pas été dupe et a refusé de partir. Et quand nous avons demandé à l'armée de montrer l'ordre de démolition, le soldat nous a répondu qu'il l'apportera le lendemain. Les soldats agissent décidément comme des cowboys, brutaux et arrogants. Ils pensent qu'il suffit d'aboyer pour que les Palestiniens partent de leurs terres, incapables de voir combien leurs racines sont profondes.

Je passe encore une nuit sous la tente avec la famille. Tous nos matelas sont collés les uns aux autres comme si cela allait nous protéger davantage, à moins que cela ne soit qu'une manière de se tenir chaud. La nuit est calme, les étoiles sont magnifiques, et tout serait parfait si ce n'était la crainte d'être réveillée par les soldats. Je suis repartie le lendemain, en me demandant si je vais revoir la famille une nouvelle fois marcher avec leurs sacs jusqu'à leur prochaine destination, laissant la place à des colons et des soldats qui ne peuvent même pas laisser une famille de 6 personnes, leurs 20 vaches, leur cheval et leur mulet en paix. Ce n'est qu'un exemple parmi d'autres mais qui multiplié finit par indiquer une politique claire: celle d'un déplacement forcé de population des zones « c » (zones des territoires palestiniens contrôlées selon les accords Oslo par les Israéliens), vers les zones « a », des zones qui sont contrôlées avec l'aide active de l'autorité palestinienne.

Je viens d'apprendre que trois familles bédouines ont aussi reçu des avis d'évacuation. Demain je retourne dans la vallée.

Pour plus d'info voir aussi le site du group Jordan Valley Solidarity

No comments:

Post a Comment